Les meilleurs films de ce 23 janvier

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  •  

    Les tueurs, de Robert Siodmak avec Ava Gardner et Burt Lancaster
  • Le feu follet, de Louis Malle avec Jeanne Moreau
  • Ah! Les belles bacchantes, avec Louis de Funès
  • Van Helsing, de Stephen Sommers avec Hugh Jackman

213579

Arte 20h35: Les tueurs (3 étoiles)

De Robert Siodmak (1946). Avec Burt Lancaster, Ava Gardner.

Spécialiste du film noir, Siodmak livre ici un de ses nouveaux joyaux, tout en offrant ses débuts à l’écran à un certain Burt Lancaster… qui meurt d’emblée. Mais pour mieux revenir, puisqu’au cours de multiples flash-back brillamment mis en scène, l’intrigue ayant mené au drame initial est reconstituée peu à peu, menant ainsi à un plan diabolique digne des meilleurs récits d’un maître du genre.

TV5 21h00: Le feu follet (3 étoiles)

De Louis Malle (1963). Avec Maurice Ronet, Jeanne Moreau.

C’est alors qu’il passe le cap de la trentaine, avec toutes les questions existentielles qui l’accompagnent, que Louis Malle transpose l’œuvre de Drieu La Rochelle des années 20 dans le Paris des années 60. Esthétiquement très soigné, Le feu follet bénéficie également de l’interprétation habitée de Maurice Ronet qui, en s’identifiant totalement au personnage, atteint là un des sommets de sa carrière.

France 3 15h05: Ah! Les belles bacchantes (2 étoiles)

De Robert Dhéry (1954). Avec Louis de Funès, Robert Dhéry.

La troupe des Branquignols de Robert Dhéry a permis à une fameuse brochette d’acteurs de percer à l’écran, dont Michel Serrault ou un certain de Funès, qui en fut toujours reconnaissant au réalisateur. Ils sont tous là dans Ah! Les belles bacchantes, joyeuse revue filmée et dénudée (ce qui créa un petit scandale à l’époque) qui rappelle à quel point le comique visuel de Dhéry conserve la délicieuse saveur rétro des bonnes comédies françaises à l’ancienne.

AB3 20h05: Van Helsing (1 étoile)

De Stephen Sommers (2004). Avec Hugh Jackman, Kate Beckinsale.

Après La momie, Stephen Sommers s’attelle à un nouveau défi avec le personnage de Van Helsing, à qui Bram Stoker a donné vie dans son célébrissime Dracula. Néanmoins, le cinéaste s’emberlificote un peu les pinceaux virtuels, privilégiant à tout crin les effets numériques au détriment d’une histoire peu emballante, tentant même de faire se côtoyer Frankenstein, Dracula et le Dr. Jekyll et Mr. Hyde, pour mieux masquer les faiblesses du scénario.

Sur le même sujet
Plus d'actualité