Les meilleurs films de ce 22 mars

Pour préparer au mieux votre plateau télé, découvrez des extraits vidéos de notre sélection de films diffusés ce mardi en télé.

21923

La Deux 20h00: L’arme fatale IV (2 étoiles)

De Richard Donner (1998). Avec Mel Gibson, Danny Glover.

La recette de l’inusable série L’arme fatale fait à nouveau ses preuves, soit un cocktail explosif de buddy movie, d’humour goguenard et de film d’action pétaradant. Notre tandem a découvert des immigrants clandestins parqués comme du bétail dans les soutes d’un cargo et va devoir affronter la mafia chinoise et ses triades. Une bonne occasion pour épicer les scènes d’action d’une pointe d’arts martiaux.

AB4 20h10: Wild Bill (2 étoiles)

De Walter Hill (1995). Avec Jeff Bridges, John Hurt.

"- Cette ville me rappelle un passage de la Bible. -Lequel? – Juste avant que Dieu se fâche!" Voici un échantillon des dialogues qui émaillent ce western où Wild Bill Hickock porte sa légende de marshall et de fine gâchette comme un fardeau. Cela dit, Walter Hill, qui a débuté comme scénariste de l’intraitable Sam Peckinpah et de John Huston, a déjà fait preuve de plus de tonus côté mise en scène.


France 3 20h35: L’antidote (2 étoiles)

De Vincent de Brus (2005). Avec Christian Clavier, Jacques Villeret.

Un P.D.G. névrosé, qui ne parvient plus à maîtriser son bégaiement, constate l’effet bénéfique qu’a sur lui la présence d’un petit actionnaire rondouillet. Il décide qu’ils ne se quitteront plus. Même si elle capote vers la fin, cette comédie satirique où la candeur triomphe de la roublardise nous réserve quelques scènes bien enlevées. Et Villeret, en Pignon passionné de "Bourse et de gaule", vole la vedette à Clavier.


France 2 1h35: Fanny (1 étoile)

De Marc Allégret (1932). Avec Raimu, Pierre Fresnay.

Marius parti, Fanny qui attend un enfant de lui se marie avec Panisse pour sauver la respectabilité de la famille. Ce second volet de la célébrissime trilogie de Pagnol n’est pas le plus abouti. Marc Allégret tente d’aérer la pièce en tournant d’inutiles séquences en extérieurs qui ne font que renforcer l’artifice des autres scènes. Mais, bien sûr, on retrouve la brochette d’acteurs qui donnait tout son sel à Marius.

Sur le même sujet
Plus d'actualité