Les meilleurs films de ce 22 mars

Découvrez des extraits vidéos des 3 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Le lauréat, avec Dustin Hoffman
  • Man On The Moon, de Milos Forman
  • La bande à papa, avec Fernand Raynaud

327078

France 3 22h55: Le lauréat [4*]

De Mike Nichols (1967). Avec Dustin Hoffman, Anne Bancroft.

Fraîchement diplômé, Benjamin Braddock revient dans la maison parentale, mais il ne veut pas de la vie toute tracée de cette communauté bourgeoise. Nichols traduit merveilleusement son désarroi dans le rapport de Ben au cadre, le filmant tantôt à travers un aquarium, tantôt en tenue de plongeur dans l’immensité d’une piscine pour signifier, parfois avec un humour ravageur, son sentiment d’asphyxie. Le même que celui de cette jeunesse qui, rêvant de faire table rase d’une Amérique castratrice, a créé le Nouvel Hollywood et sa contre-culture (10 années d’or d’un cinéma libéré de toute entrave qui a vu naître les Coppola, Friedkin, Scorsese). Et dont Le lauréat et ses audaces formelles et sexuelles, joué par un fabuleux Hoffman, reste un des premiers films emblématiques.

TCM 20h40: Man On The Moon [4*]

De Milos Forman (2000). Avec Jim Carrey, Danny DeVito.

dans une sorte d’écho à son Amadeus, Forman retrace la vie d’un comique américain atypique et dérangeant, Andy Kauffman, de ses débuts dans la célèbre émission télé Saturday Night Live, jusqu’à sa mort en 1984 d’un cancer du poumon. Sous ses faux airs de bio innocente (Carrey est hallucinant dans le rôle de ce Pierrot lunaire survitaminé!), Man On The Moon dresse un portrait grinçant et drôlement triste de la solitude.

Club RTL 22h20: La bande à papa [2*]

De Guy Lefranc (1955). Avec Fernand Raynaud, Noël Roquevert.

Voilà une comédie qui mériterait de figurer dans l’excellent ouvrage Les comédies à la française d’Imbert et Gueudin. Défendue par une bande de grands comiques de l’époque (Roquevert, de Funès, Raynaud…), elle aligne joyeusement les quiproquos et des dialogues savoureux mitonnés par un Audiard présenté comme prête-nom. À son fils qu’il n’a plus vu depuis 25 ans, un vieux truand en cavale dit: "Une perfection, ta mère, une sainte". "Pourquoi vous l’avez quittée?", répond l’autre. "Ben, je viens de te le dire!"

Sur le même sujet
Plus d'actualité