Les meilleurs films de ce 22 mai

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Persepolis, de Marjane Satrapi
  • JFK, d'Oliver Stone
  • Le silence de Lorna, des frères Dardenne
  • Le grand soir, avec Benoît Poelvoorde

864245

France 4 22h30: Persepolis [4*]

De Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (2007). Avec les voix de Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve.

Basé sur la propre BD de Marjane Satrapi, Persepolis est un petit bijou d’animation en noir et blanc, tout en sobriété malgré les dures réalités qu’il décrit. C’est un récit de multiples passages: celui d’un régime autoritaire à une dictature théocratique, mais aussi celui de l’enfance à l’adolescence avec l’innocence qui s’envole. Le tout saupoudré d’un humour bienvenu.

Club Rtl 20h25: JFK [3*]

D’Oliver Stone (1991). Avec Kevin Costner, Gary Oldman.

Alors que 22/11/63, le roman de Stephen King, fait un tabac, la question passionne toujours les partisans de la théorie du complot: qui a vraiment tué Kennedy? Oliver Stone se livre à une démonstration éblouissante, forcément subjective, en reprenant les éléments d’un dossier très complexe pour les assembler dans un puzzle captivant. Son hypothèse – basée sur le travail du célèbre juge Jim Garrison – et le montage nerveux tiennent en haleine tout au long du film.

La Trois 22h05: Le silence de Lorna [3*]

De Luc et Jean-Pierre Dardenne (2008). Avec Arta Dobroshi, Jérémie Renier.

Entre les frères Dardenne et le Festival de Cannes, c’est une longue histoire d’amour: après deux Palmes d’or et un prix d’interprétation masculine, c’est le prix du scénario qui a récompensé Le silence de Lorna. Rien d’étonnant à cela: excellant une nouvelle fois dans le style "document social", les coréalisateurs dressent un récit d’une noirceur teintée d’humanisme qui nous poursuit d’un bout à l’autre.

Be1 20h55: Le grand soir [2*]

De Gustave Kervern et Benoît Delépine (2012). Avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel.

Décidément, Poelvoorde n’a pas fini de nous surprendre! Lui et Dupontel forment une fratrie on ne peut plus antagoniste: le premier est punk, le second un commercial bien propre sur lui, du moins jusqu’à son licenciement. Les deux réalisateurs, issus de la fameuse équipe grolandaise de Canal +, signent un portrait caustique, drôle, touchant et poétique de leur pays dans un subtil équilibre témoignant de leur maîtrise en la matière.

Sur le même sujet
Plus d'actualité