Les meilleurs films de ce 22 août

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Du vent dans mes mollets, avec Agnès Jaoui
  • Le bon, la brute et le truand, de Sergio Leone
  • Le cou de la girafe, avec Claude Rich
  • L’inspecteur ne renonce jamais, avec Clint Eastwood

927361

BE1 20H55: Du vent dans mes mollets [3*]

De Carine Tardieu (2012). Avec Agnès Jaoui, Denis Podalydès.

Gavée d’amour et de boulettes par ses parents, la petite Rachel se sent coincée dans ses envies. Jusqu’au jour où elle rencontre l’intrépide Valérie, qui va bouleverser sa vie et celle de son père. Adaptée d’une pièce et d’une BD de Raphaële Moussafir, cette chronique familiale pleine de drôlerie et de poésie nous est contée avec un vrai plaisir communicatif. Auquel s’ajoute, comme une cerise sur le gâteau, le jeu parfait des comédiens, petits et grands.

FRANCE 3 20H45: Le bon, la brute et le truand [3*]

De Sergio Leone (1966). Avec Clint Eastwood, Lee Van Cleef.

Leone clôt en beauté sa trilogie du dollar. L’Ouest est devenu une grande plaine de jeux où des héros sans morale tueraient père et mère pour le scintillement d’une pièce d’or. Ludique, violent, sans entrave, joué par de fines gâchettes et avec un gunfight final génial, Le bon… s’affirme comme la quintessence du western spaghetti.

TF1 1H55: Le cou de la girafe [2*]

De Saffy Nebbou (2004). Avec Claude Rich, Sandrine Bonnaire.

Claude Rich se glisse dans un rôle auquel Michel Serrault nous avait habitués ces dernières années: celui d’un vieux papy râleur dont la rencontre avec une jeune femme ou une gamine va changer le destin. Face à une fillette comme les adore le cinéma français (agaçante, quoi), le comédien apporte toute sa subtilité, son élégance racée et même une gravité gracieuse qui tire ce récit sur l’enfance un peu trop balisé et propre sur lui du côté d’une émotion vaguement meurtrie et poétique. Joli.

FRANCE 3 0H15: L’inspecteur ne renonce jamais [2*]

De James Fargo (1977). Avec Clint Eastwood, Tyne Daly.

Le refrain est connu: on expose largement les méthodes expéditives de Dirty Harry, qui lui valent d’être muté dans un poste administratif de la police. Mais les circonstances et un tueur psychopathe le font ressortir de sa tanière. Comme il est obligé de se coltiner une débutante, c’est davantage l’humour que l’action qui prévaut dans ce troisième volet de la saga, mais attention: son Magnum 44 a des fourmis dans le canon!

Sur le même sujet
Plus d'actualité