Les meilleurs films de ce 21 novembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Antichrist, avec Charlotte Gainsbourg
  • Azur et Asmar, de Michel Ocelot
  • Just Married (ou presque), avec Julia Roberts
  • Anonymous, de Roland Emmerich

658817

Arte 23h45: Antichrist [4*]

De Lars von Trier (2010). Avec Willem Dafoe, Charlotte Gainsbourg.

Une femme et un homme, dévastés par la mort de leur fils, se retirent dans un chalet isolé en forêt pour tenter de se reconstruire. Mais les choses empirent… Quand ce conte cruel sur un deuil impossible dérape dans la folie, on a du mal à soutenir la cruauté malsaine de certaines scènes. Mais elles ne sont finalement que la représentation imagée d’une douleur intime si intolérable que la douleur physique et la mutilation agissent comme l’effet d’un baume apaisant. Voyage sacrificiel gore aux multiples niveaux de lecture et d’une beauté formelle renversante, Antichrist pactise avec le Diable et subjugue autant qu’il révulse. Un équilibre idéal qu’on peut aussi appeler chef-d’œuvre.

La Trois 14h45: Azur et Asmar [3*]

De Michel Ocelot (2006). Avec les voix de Cyril Mourali, Karim M’Riba.

Papa de Kirikou, Michel Ocelot remonte vers le nord de l’Afrique pour y déployer une nouvelle fable: l’histoire de deux frères, l’un Blanc, l’autre oriental, élevés par la même nourrice. Pétri d’islam médiéval, ce dessin animé à l’univers visuel foisonnant se regarde comme un merveilleux livre d’images peuplé de bêtes fabuleuses, et s’écoute comme un doux plaidoyer pour la tolérance.

AB3 20h05: Just Married (ou presque) [2*]

De Garry Marshall (1999). Avec Julia Roberts, Richard Gere.

Dix ans après Pretty Woman, Roberts retrouve Garry Marshall et Richard Gere pour une fausse suite, romantique à souhait, où le charme opère toujours. La belle Julia se voit offrir un rôle taillé sur mesure, celui d’une éternelle fiancée assaillie de doutes chaque fois qu’elle arrive au pied de l’autel.

Be 1 20h55: Anonymous [2*]

De Roland Emmerich (2011). Avec Rhys Ifans, Vanessa Redgrave.

On pouvait craindre le pire de la rencontre entre Roland Emmerich, cinéaste de destruction massive à l’écran (Independance Day, 2012), et… Shakespeare. L’Allemand s’en sort pourtant avec les honneurs, signant avec ce thriller à costumes un peu verbeux et défendu par un extraordinaire Rhys Ifans son meilleur film à ce jour.

Sur le même sujet
Plus d'actualité