Les meilleurs films de ce 21 mars

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • L’équipier, avec Sandrine Bonnaire et Philippe Torreton
  • Jane, avec Anne Hathaway
  • Assassins, avec Sylvester Stallone et Antonio Banderas
  • Massacre à la tronçonneuse: le commencement, de Jonathan Liebesman

327062

Arte 14h55: L’équipier [3*]

De Philippe Lioret (2004). Avec Sandrine Bonnaire, Philippe Torreton.

Lioret poursuit sa délicate analyse des sentiments entamée avec le beau Mademoiselle, tourné également avec la lumineuse Bonnaire. Ici, l’actrice joue la fille d’un gardien de phare de la côte bretonne troublée par l’arrivée d’un bel inconnu blessé durant la guerre d’Algérie. Tirant admirablement parti des décors rugueux de son histoire, Lioret installe tranquillement un drame sentimental où, derrière les non-dits et les regards esquissés, palpitent les passions inavouables.

Arte 20h35: Jane [2*]

De Julian Jarrold (2007). Avec Anne Hathaway, James McAvoy.

Auteur célèbre de beaux romans de mariage teintés d’ironie (Raisons et sentiments), Jane Austen, jolie jeune fille de bonne famille, n’a pas connu une grande vie amoureuse contrairement à ses héroïnes. Le film s’attache à la brève liaison qu’elle a entretenue avec Tom Lefroy autour de Noël 1795. Jarrold transforme cette amourette en une passion contrariée, portée à bout de lèvres par la délicate Anne Hathaway. À faire fondre les mordus du genre romantique!

La Deux 20h00: Assassins [1*]

De Richard Donner (1994). Avec Sylvester Stallone, Antonio Banderas, Julianne Moore.

Stallone est à la peine dans ce thriller pépère de Donner, qu’on a aussi connu nettement meilleur (L’arme fatale). Mais il y a Banderas, sexy en diable en sale gosse hyper-doué. Et pour tous ceux qui ne seraient pas encore convaincus, Donner a donné le rôle de la belle à l’incendiaire Julianne Moore…

AB3 22h55: Massacre à la tronçonneuse: le commencement [1*]

De Jonathan Liebesman (2006). Avec Jordana Brewster, Taylor Handley.

C’est son image proche du documentaire qui fit la réussite du terrifiant coup de maître de Tobe Hopper en 1974. Après des suites farfelues et un remake honorable, nous voici revenus aux "débuts" du massacre. Tournant à plein régime dans la veine actuelle du gore tord-boyaux, ça dézingue joyeusement de la chair adolescente! Avec un acharnement si méthodique que cela donne au film un parfum nihiliste presque drôle. À réserver aux amateurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité