Les meilleurs films de ce 20 avril

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • La rivière sans retour, d'Otto Preminger avec Marilyn Monroe
  • Easy Money (Snabba Cash), de Daniel Espinosa
  • Gunga Din, avec Cary Grant
  • J’ai épousé une extraterrestre, avec Kim Basinger

342311

France 3 15h10: La rivière sans retour [3*]

D’Otto Preminger (1954). Avec Robert Mitchum, Marilyn Monroe.

Pour sa seule incursion dans le domaine du western avec lequel il n’avait guère d’atome crochu, Preminger a pourtant frappé fort en signant une œuvre contemplative de première qualité. Il y exploite au mieux ce tout nouveau procédé qu’était le CinémaScope en profitant de toutes les possibilités de l’écran large, mais le duo formé par Robert Mitchum et Marilyn Monroe n’est pas en reste pour donner du relief aux péripéties du scénario.

Be 1 20h50: Easy Money (Snabba Cash) [3*]

De Daniel Espinosa (2011). Avec Joel Kinnaman, Dragomir Mrsic.

Le cinéma scandinave n’a pas fini de nous réserver de belles surprises. Espinosa concocte un polar noir à souhait qui suit en parallèle trois parcours différents reliés entre eux par l’attrait de l’argent facile. On s’en doute, la tragédie n’est pas bien loin et la mise en scène nerveuse et violente fait monter la tension crescendo jusqu’au final dont la morale conclut brillamment ce thriller épatant.

TCM 22h45: Gunga Din [3*]

De George Stevens (1939). Avec Cary Grant, Victor McLaglen.

Tiré d’un poème de Rudyard Kupling – dont le personnage intervient d’ailleurs dans le film -, Gunga Din est un grand classique du film d’aventures d’avant-guerre. Si le scénario ne se prive pas de glorifier l’empire colonial britannique de l’époque, il permet aussi d’exalter le courage et la camaraderie tout en saupoudrant le récit d’une bonne dose d’humour. Lequel disparaît dans la dernière partie, le ton prenant une gravité justifiée par un final poignant.

Club RTL 22h25: J’ai épousé une extraterrestre [1*]

De Richard Benjamin (1988). Avec Kim Basinger, Dan Akroyd.

Elevée depuis peu au rang de bombe sexuelle depuis le succès de 9 semaines 1/2, Kim Basinger se retrouve ici dans une comédie farfelue à contre-emploi. Non pas que son charme soit mis au placard, bien au contraire, mais il est utilisé pour le tourner en dérision, en faisant de la belle Kim une envoyée de l’espace peu au fait des coutumes terriennes, avec les joyeux quiproquos que cela suppose. Mais on ne peut pas dire que le degré d’humour soit intersidéral.

Sur le même sujet
Plus d'actualité