Les meilleurs films de ce 2 mai

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • La conquête, avec Denys Podalydès
  • Blood Diamond, avec Leonardo DiCaprio
  • I, Robot, avec Will Smith
  • 13 semestres, de Frieder Wittich

343940

Be 1 20h50: La conquête [2*]

De Xavier Durringer (2011). Avec Denys Podalydès, Bernard Le Coq.

Le cinéma français, jadis frileux en ce domaine, semble avoir acquis la fibre politique. Pour preuves, Le candidat d’Arestrup (voir hier sur La Deux) et cette Conquête où Durringer se penche sur l’ascension de Sarkozy, aidé par la composition saisissante de Podalydès. Cette histoire d’un homme qui conquiert le pouvoir et perd sa femme a la force dramatique d’une vraie fiction. Seul (gros) problème: les auteurs font de Sarko le seul politique au parler vrai face à un Chirac ou un Villepin hypocrites et fidèles à l’image populiste du "tous pourris". Très tendancieux.

La Deux 20h00: Blood Diamond [2*]

D’Edward Zwick (2006). Avec Leonardo DiCaprio, Jennifer Connelly.

Les bonnes intentions ne manquent pas à Zwick mais bien le talent pour dépasser les conventions du drame dénonciateur hollywoodien. Filmé sans bavure et sans surprise, cette odyssée d’un trafiquant de diamants plongé dans la guerre civile en Sierra Leone se veut à la fois mouvementée, romantique et mobilisatrice. Si le message est délivré sans finesse, DiCaprio se montre égal à lui-même, c’est-à-dire excellent.

Be Ciné 20h40: I, Robot [2*]

D’Axel Proyas (2004). Avec Will Smith, Bruce Greenwood.

Proyas nous avait déjà donné un inquiétant film de science-fiction, Dark City,quianticipait Matrix et bénéficiait d’un univers visuel bluffant. Tout aussi soigné mais, vu la présence de Will Smith au générique, plus décontracté, I, Robot navigue sans heurt entre le thriller, la sci-fi et l’action pure et dure. Le meilleur du film tient à sa manière efficace de brouiller la frontière entre humains et robots.

Arte 20h40: 13 semestres [1*]

De Frieder Wittich (2009). Avec Max Riemelt, Alexander Fehling.

Premiers pas de Wittich à la réalisation et premiers pas de deux copains dans l’ambiance d’une université allemande… mais rien de neuf sous les néons. 13 semestres arpente les chemins balisés de la comédie de campus sans trouver un angle d’attaque original.

Sur le même sujet
Plus d'actualité