Les meilleurs films de ce 2 mai

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Changement d’adresse, d'Emmanuel Mouret
  • Night And Day, avec Tom Cruise
  • Monsieur Batignole, avec Gérard Jugnot
  • Lockout, avec Guy Pearce

846419

La Trois 21h05: Changement d’adresse [2*]

D’Emmanuel Mouret (2006). Avec Emmanuel Mouret, Frédérique Bel.

Portant dans chacun de ses films la double casquette d’acteur et de réalisateur, Emmanuel Mouret signe une nouvelle comédie douce-amère réjouissante dont le scénario paraît des plus conventionnels de prime abord. Mais une succession de petits rebondissements viennent égayer une mise en scène volontairement minimaliste, marquée par une délicieuse légèreté de ton et une interprétation de qualité.

RTL-TVI 20h20: Night And Day [2*]

De James Mangold (2010). Avec Tom Cruise, Cameron Diaz.

Sorti dans les salles en plein été, Night And Day présente toutes les caractéristiques d’une comédie estivale: légère et divertissante. On espérait sans doute plus d’étincelles de la part du duo Cruise-Diaz et des rebondissements plus soutenus, mais si la mise en scène se contente du minimum syndical, elle l’assure toutefois efficacement avec juste ce qu’il faut d’action et d’humour pour accepter les invraisemblances qui jalonnent le récit.

France 3 20h45: Monsieur Batignole [2*]

De Gérard Jugnot (2001). Avec Gérard Jugnot, Jules Sitruk.

En abordant la guerre et la tragédie des enfants juifs engagés dans cette tourmente, Jugnot aurait pu aisément tomber dans le piège du mélo. Au contraire, il traite son sujet avec pudeur, tout en restituant au travers de quelques scènes l’oppression vécue à l’époque par ceux qui gênaient l’occupant. Mêlant humour et émotion à doses bien distillées, Monsieur Batignole remplit sobrement son office.

Be 1 21h50: Lockout [2*]

De James Mather et Stephen St Leger (2012). Avec Guy Pearce, Maggie Grace.

Au cœur d’une prison spatiale, une bande de pensionnaires ressentent une furieuse envie d’évasion. Si le début du film procure des palpitations avec ses images hyper-speedées et un scénario qui frôle le ridicule, le récit, en se recentrant peu à peu sur Guy Pearce et sa charmante acolyte Maggie Grace, acquiert un second degré qui permet, entre deux dialogues savoureux, de mieux rentrer dans l’intrigue et de se surprendre à passer un bon moment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité