Les meilleurs films de ce 1er octobre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Little Big Man, avec Dustin Hoffman
  • Inception, de Christopher Nolan
  • Indigènes, avec Jamel Debbouze
  • Toubab Bi, de Moussa Touré

511171

Arte 20h50: Little Big Man [3*]

D’Arthur Penn (1969). Avec Dustin Hoffman, Faye Dunaway.

À 121 ans, Jack Crabb raconte à un journaliste "sa" vision de l’histoire de l’Ouest, peu conforme à la version officielle. Alternant épisodes truculents et bouffées de violence, Penn rend justice aux Indiens sans les idéaliser et évoque, à travers le massacre d’un village par les Tuniques bleues, une autre guerre contemporaine du film: celle du Viêtnam. Hoffman, qui avait déjà à son actif The Graduate et Midnight Cowboy, confirme ici son immense talent.

La Une 20h20: Inception [2*]

De Christopher Nolan (2010). Avec Leonardo DiCaprio, Ellen Page.

Depuis Memento, on connaît la prédilection de Nolan pour les scripts vertigineux, à donner la migraine. Inception ne déroge pas à la règle en brouillant les frontières entre le réel et le mental et en soumettant le temps et l’espace à un traitement de choc. Seul problème: l’aspect thriller du récit est filmé à l’artillerie lourde et ses aspects psychologiques, pourtant intéressants, sacrifiés sur l’autel d’un tsunami visuel à la longue lassant. Au total: une demi-déception.

Club RTL 20h30: Indigènes [2*]

De Rachid Bouchareb (2006). Avec Jamel Debbouze, Samy Naceri.

En retraçant l’épopée des soldats maghrébins ayant participé à la libération de la France et ayant souvent servi de chair à canon, Bouchareb met fin à la longue amnésie collective qui semblait avoir frappé l’ancienne puissance coloniale. On lui pardonnera donc une certaine lourdeur démonstrative. D’autant plus qu’il a réuni pour l’occasion un formidable casting, couronné par un prix collectif d’interprétation à Cannes.

TV5 21h00: Toubab Bi [2*]

De Moussa Touré (1991). Avec Oumar Diop Makena, Hélène Lapiower.

Touré filme avec sincérité, mais avec aussi une pointe de maladresse, Soriba, un Sénégalais ayant émigré à Paris pour rechercher un ami d’enfance et étonné par les mœurs locales des "Toubab bi" (comprenez: des Blancs). Au fil de ses rencontres de hasard, on s’aperçoit que les plus largués ne sont pas toujours ceux qu’on croit!

Sur le même sujet
Plus d'actualité