Les meilleurs films de ce 16 juillet

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Demolition Man, avec Sylvester Stallone
  • This Must Be The Place, avec Sean Penn
  • Faussaire, avec Richard Gere
  • Ils sont fous ces sorciers, avec Jean Lefebvre

898683

La Deux 20h05: Demolition Man [2*]

De Marco Brambilla (1993). Avec Sylvester Stallone, Wesley Snipes.

Forcé de jouer aux Hibernatus pendant quarante ans, un flic se réveille dans un futur aseptisé où les choses vont vite dégénérer. Hormis ses scènes d'action tonitruantes où Stallone peut exposer ses pectos impressionnants, Demolition Man comporte de nombreux moments jubilatoires dans sa description d'un futur qui apparaît aujourd'hui comme assez pertinente. Y compris dans une scène prophétique tordante où Schwarzenegger se voit investi d'importants pouvoirs politiques!

Be1 20h55: This Must Be The Place [2*]

De Paolo Sorrentino (2011). Avec Sean Penn, Frances McDormand.

L'attrait majeur du film de Sorrentino est évidemment le look impressionnant de Sean Penn, transformé pour l'occasion en rock star désabusée lorgnant vers The Cure et Robert Smith. À part ça, ce road movie a de quoi laisser divisé: les uns le trouveront excessivement contemplatif, tandis que les autres se laisseront bercer par la photographie et la B.O. envoûtantes. Il a en tout cas le mérite de ne pas laisser indifférent.

France 2 0h35: Faussaire [2*]

De Lasse Hallström (2006). Avec Richard Gere, Alfred Molina.

Lasse Hallström se base sur une histoire aussi étonnante qu'authentique: un écrivain qui rédige une fausse biographie du milliardaire excentrique Howard Hughes, coupé du monde depuis longtemps. La supercherie constitue le nœud central de l'intrigue qui repose donc entièrement sur les épaules de Richard Gere et d’Alfred Molina, tous deux très convaincants, même si Hallström aurait pu se concentrer davantage sur la dimension sociale de l'histoire.

Club RTL 20h25: Ils sont fous ces sorciers [1*]

De Georges Lautner (1978). Avec Jean Lefebvre, Henri Guybet.

Les années 70 furent prolifiques en matière de nanars. Et Georges Lautner ne manqua pas d’apporter sa pierre à l’édifice avec cette comédie complètement bancale mais qui se laisse pourtant regarder avec un mélange de consternation et de sourires assumés. C’est que Jean Lefebvre et Henri Guybet, totalement en roue libre, font preuve d’une bonne humeur communicative, qui permet à quelques gags de faire mouche malgré une mise en scène paresseuse.

Sur le même sujet
Plus d'actualité