Les meilleurs films de ce 15 novembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Le pont de la rivière Kwaï, avec Alec Guinness
  • Salt, avec Angelina Jolie
  • L'Irlandais, avec Brendan Gleeson
  • Police, avec Maurice Pialat

656993

TCM 20h40: Le pont de la rivière Kwaï [3*]

De David Lean (1957). Avec Alec Guinness, Sessue Hayakawa.

Dès le début, on est happé par cette colonne de prisonniers dans la jungle birmane sifflant, provocateurs, le célébrissime "Hello, le soleil brille, brille, brille". Et tout le film de Lean, déroulé dans un somptueux CinémaScope, est parcouru de cette formidable énergie. Laquelle culmine dans la confrontation bornée entre le colonel Nicholson et le cruel Saïto (splendides Guinness et Hayakawa), uniformes différents, mais mêmes mégalomanie et folie militaire. Un grand divertissement.

RTL-TVI 20h20: Salt [2*]

De Phillip Noyce (2010). Avec Angelina Jolie, Liev Schreiber.

Cinéaste moyen, l’Australien Noyce en connaît toutefois un rayon en matière d’action. Et cette histoire d’espionne poursuivie par une ribambelle d’agents de tous bords, bien qu’invraisemblable, ne manque certainement pas d’efficacité. Ajoutez à cela qu’Angelina Jolie, corps sculptural au regard impénétrable, est bien l’actrice capable de rivaliser avec tous les action men de Hollywood!

Be 1 21h55: L’Irlandais [2*]

De John Michael McDonagh (2011). Avec Brendan Gleeson, Don Cheadle.

Flic bedonnant et peu zélé, Boyle fait surtout la loi dans son pub irlandais. L’arrivée de dealers et d’un flic du FBI du genre maniaque vont bouleverser sa vie pépère. Une comédie décalée qui doit tout son sel à la présence de l’inénarrable Gleeson.

France 3 23h25: Police [2*]

De Maurice Pialat (1985). Avec Gérard Depardieu, Sophie Marceau.

Pialat a ouvert la voie d’un cinéma naturaliste et plutôt franc du collier. Ainsi, avant L.627 de Tavernier et Polisse de Maïwenn, le réalisateur controversé investit un commissariat de police à la lisière du documentaire, sans cesse à la recherche du "vrai". Le moins que l’on puisse écrire est qu’il n’y est pas allé de main morte pour satisfaire ses attentes, faisant pleurer Sophie Marceau et martyrisant des figurants. Le film reste néanmoins l’un des témoignages les plus justes sur la routine assez méconnue du milieu policier et de son implication humaine et sociale.

Sur le même sujet
Plus d'actualité