Les meilleurs films de ce 15 avril

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • In The Air, avec George Clooney
  • Cocktail, avec Tom Cruise
  • Next, avec Nicolas Cage
  • Oncle Bonmee, d'Apichatpong Weerasethakul

836015

La Une 20h20: In The Air [3*]

De Jason Reitman (2009). Avec George Clooney, Vera Farmiga.

Nombreuses sont celles qui rêvent de s’envoyer en l’air avec le beau George. Fantasme assouvi ce soir, du moins via les innombrables voyages en avion du héros de In The Air dont le job n’est pourtant pas très reluisant: spécialiste du licenciement pour le compte de multinationales. Un portrait implacable du cynisme de la société actuelle, doublé d’une superbe réflexion douce-amère sur un homme réalisant soudain qu’il a peut-être raté sa vie.

AB3 20h05: Cocktail [2*]

De Roger Donaldson (1988). Avec Tom Cruise, Bryan Brown.

Auréolé du gros succès de Top Gun, Tom Cruise quitte les hautes altitudes mais pas le rêve américain. En jeune homme dévoré par l’envie de monter sa propre affaire, un bar à cocktails, il va comprendre que la vie ne s’écoule pas aussi tranquillement qu’un daïquiri fraise. Si l’acteur joue à fond sur son côté beau gosse, l’histoire, très légère de prime abord, prend ensuite un ton plus grave et démontre que la vraie réussite ne se trouve pas toujours où on l’imagine.

Club RTL 20h30: Next [2*]

De Lee Tamahori (2007). Avec Nicolas Cage, Julianne Moore.

Parvenir à visualiser le futur immédiat – y compris les râteaux avec les femmes – et influer sur ce qui va arriver: le top pour les amateurs de paradoxes temporels. Mais un fameux casse-tête pour Tamahori, qui filme néanmoins avec habileté et humour cette adaptation d’une nouvelle de Philip K. Dick. Dommage quand même que le réalisateur n’ait pas pu utiliser la technique: il aurait pu voir que la dernière partie de son récit verse dans le conventionnel.

Arte 22h40: Oncle Boonmee [1*]

De Apichatpong Weerasethakul (2010). Avec Thanapat Saisaymar, Sakda Kaewbuadee.

C’est bien connu: entre la critique et le grand public, ce n’est pas toujours le grand amour. La palme d’or attribuée de manière surprenante – ou consternante? – à Oncle Boonmee en est l’expression la plus flagrante. Difficile, sans doute, pour les spectateurs d’adhérer à cette fantasmagorie lente et méditative, alors que Tim Burton, président du jury cannois, y vit "un rêve étrange et béat". Insupportable ou fascinant, l’exercice de style a le mérite d’interpeller.

Sur le même sujet
Plus d'actualité