Les meilleurs films de ce 15 août

Découvrez des extraits vidéos des 3 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Hooligans, avec Elijah Wood
  • Les valeurs de la famille Addams, avec Anjelica Huston
  • Couvre-feu, avec Denzel Washington

469505

Club RTL 22h45: Hooligans [3*]

De Lexi Alexander (2005). Avec Elijah Wood, Charlie Hunnam.

Un étudiant américain débarque en Angleterre et s’intègre à un groupe de hooligans menant une lutte acharnée contre des bandes rivales. Les estomacs sensibles sont priés de s’abstenir: on a rarement castagné avec autant de rage! Mais l’intérêt de Hooligans est ailleurs, dans son analyse des codes qui régissent une véritable société parallèle. À cet égard, le choix d’un étranger gringalet et timide, qui se retrouve plongé dans un milieu machiste et ultranationaliste, offre un contraste saisissant sur le plan dramatique. Signalons qu’on doit ce brûlot à une femme, Lexi Alexander, ex-championne de karaté et de kickboxing.

AB3 20h05: Les valeurs de la famille Addams [3*]

De Barry Sonnenfeld (1993). Avec Anjelica Huston, Raul Julia.

La famille compte un nouveau membre: l’adorable bébé Pubert, dont la moustache rappelle celle de son géniteur, le suave Gomez. Tout serait bien dans le plus infernal des mondes si les enfants Addams ne voulaient pas faire disparaître sadiquement le nouveau-né et si Fester, le frère débile, ne s’était pas mis en tête de faire la cour à une serial-killeuse… Cette perle d’humour noir flirte aussi avec la satire sociale en opposant les enfants Addams aux yuppies d’un camp de vacances "modèle" où l’on privilégie les petits blonds aux yeux bleus plutôt que les bouclés au teint basané. Avec de telles valeurs, on souhaite longue vie à la famille Addams!

RTL-TVI 21h55: Couvre-feu [3*]

D’Edward Zwick (1998). Avec Denzel Washington, Annette Bening.

Après À l’épreuve du feu où Zwick glorifiait l’intervention américaine en Irak, on pouvait craindre le pire de ce thriller où des attentats commis par des islamistes fanatiques mettent New York à feu et à sang. Mais le réalisateur fait preuve, cette fois, d’une étonnante subtilité et refuse tout amalgame entre la population musulmane et les terroristes. Le film prend d’autant plus de relief qu’il a anticipé la tragédie du 11 septembre 2001.

Sur le même sujet
Plus d'actualité