Les meilleurs films de ce 14 juillet

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Ray, avec Jamie Foxx
  • Pour une poignée de dollars, de Sergio Leone
  • Un jour sur Terre, d'Alastair Fothergill
  • La malédiction II, de Don Taylor

898645

Arte 20h45: Ray [3*]

De Taylor Hackford (2004). Avec Jamie Foxx, Kerry Washington.

Ray Charles est décédé quelques mois avant la sortie de ce biopic mais il avait eu le temps d’en superviser les arrangements musicaux. Cet hommage se révèle d’autant plus superbe qu’il se veut honnête: pas d’hagiographie au programme, mais le portrait du roi de la soul avec ses faiblesses et son génie, le tout agrémenté d’excellentes séquences musicales et d’un Jamie Foxx impérial dans la peau de l’artiste.

France 4 20h45: Pour une poignée de dollars [3*]

De Sergio Leone (1964). Avec Clint Eastwood, Marianne Koch.

Le maître du western spaghetti signait avec ce titre une des pièces maîtresses du genre. Entamant ici sa fameuse trilogie du dollar (avec Et pour quelques dollars de plus et Le bon, la brute et le truand), Sergio Leone combine avec bonheur  action et humour. Le tout étant superbement porté par la musique d’Ennio Morricone et l’interprétation de Clint Eastwood, excellent en antihéros.

La Une 21h15: Un jour sur Terre [3*]

D’Alastair Fothergill et Mark Linfield (2007). Avec la voix d’Anggun.

S’inspirant de la très bonne émission Planet Earth qu’il a produite pour la BBC, Alastair Fothergill en propose la continuation dans ce long métrage qui constitue un vrai régal pour les yeux et une prouesse technique époustouflante. Sans délivrer de message lénifiant, ce docu met en garde contre le réchauffement climatique qui risque bientôt de reléguer ces images au rang d’archives appartenant à un passé révolu.

Plug RTL 20h30: La malédiction II [2*]

De Don Taylor (1978). Avec William Holden, Jonathan Scott-Taylor.

Le gros succès de La malédiction amena tout naturellement cette suite rapide, dans laquelle Damien est désormais un adolescent toujours aussi peu attiré par les principes d’amour du prochain. Si l’aspect terrifiant a perdu un peu de son impact par rapport au premier opus, quelques scènes d’une horreur raffinée et l’atmosphère angoissante qui règne sur le film rendent ce dernier très honorable pour un deuxième épisode.

Sur le même sujet
Plus d'actualité