Les meilleurs films de ce 14 décembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Le pays de la violence, avec Gregory Peck
  • Les enfants de Timpelbach, avec Carole Bouquet
  • Catwoman, avec Halle Berry
  • Le baiser mortel du dragon, avec Jet Li

667717

TCM 22h25: Le pays de la violence [3*]

De John Frankenheimer (1970). Avec Gregory Peck, Joan Tetzel.

Parmi les plus belles réussites de Frankenheimer, Le pays de la violence s’attaque aux valeurs traditionnelles de l’Amérique profonde par le biais d’un shérif local en pleine crise de la quarantaine. Apre et d’une langueur qui se veut représentative de l’ambiance du Sud américain, le film offre à Gregory Peck un de ses meilleurs rôles, tandis que la B.O. de Johnny Cash accompagne parfaitement la belle photographie automnale.

La Une 20h50: Les enfants de Timpelbach [2*]

De Nicolas Bary (2008). Avec Raphaël Katz, Léo Legrand, Gérard Depardieu, Carole Bouquet.

Cette adaptation d’un grand classique de la littérature enfantine – un roman d’Henry Winterfeld – plaira aux gosses, et pour cause: ils y prennent le contrôle d’une ville imaginaire. Cet univers fantastique, poétique et coloré bénéficie de costumes et de décors soignés, même si la simplicité du scénario et la prestation inégale des acteurs en culottes courtes le réservent, de toute évidence, aux plus jeunes. 

La Deux 20h00: Catwoman [1*]

De Pitof (2004). Avec Halle Berry, Benjamin Bratt.

C’est peu dire que Catwoman s’est ramassé une belle gamelle! Il y avait pourtant de quoi ronronner de plaisir en songeant que la belle Halle Berry allait sortir ses griffes en se glissant dans la fourrure de ce personnage mythique. De fait, elle constitue le seul réel attrait du film de Pitof, qui valut à son héroïne le Razzie Award de la pire actrice. Pas chienne, la belle féline alla chercher sa "récompense" avec un sens de l’autodérision tout à son honneur.

AB3 23h15:Le baiser mortel du dragon [1*]

De Chris Nahon (2001). Avec Jet Li, Bridget Fonda.

Les productions Luc Besson sont volontiers bagarreuses et ce n’est pas ce film-ci qui va démentir la tendance. Le scénario est réduit à peau de chagrin pour laisser libre cours aux performances de Li, qui entraîne le spectateur dans une débauche de castagne, gnons et autres passages sanglants. Toutefois, la présence de Tchéky Karyo en flic véreux et sadique et les scènes d’arts martiaux efficaces permettent de limiter les dégâts.

Sur le même sujet
Plus d'actualité