Les meilleurs films de ce 13 septembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Coup de torchon, avec Philippe Noiret et Isabelle Huppert
  • Pièce montée, avec Jean-Pierre Marielle
  • Jurassic Park 2: le monde perdu, de Steven Spielberg
  • Hostel, d'Eli Roth

497149

France 3 23h00: Coup de torchon [3*]

De Bertrand Tavernier (1981). Avec Philippe Noiret, Isabelle Huppert.

Tavernier empoigne à bras-le-corps un polar de Jim Thompson (1.275 âmes) et le transpose en Afrique à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Pendant que Noiret joue au démon exterminateur, Guy Marchand "bouffe du nègre" et Eddy Mitchell massacre la langue française avec ses "Tu te tais quand je t’interlocutes!". Ajoutez au tableau une nymphomane plus une paire de proxénètes et vous aurez une petite idée du vilain monde qui circule dans ce film truculent et vitriolesque.

France 3 20h45: Pièce montée [2*]

De Denys Granier-Deferre (2010). Avec Jean-Pierre Marielle, Jérémie Renier.

Un casting intergénérationnel allant, côté féminin, de Danielle Darrieux à Julie Depardieu, porte à bout de bras ce vaudeville moderne qui tourne autour d’un mariage. L’aigre et le doux s’y mélangent, tout comme l’usure des couples, les problèmes de famille et les amours d’un vieux curé. Pas de quoi monter au plafond, mais le charme opère…

Ab3 20h05: Jurassic Park 2: le monde perdu [2*]

De Steven Spielberg (1997). Avec Jeff Goldblum, Julianne Moore.

Rebelote pour les bêtes préhistoriques de Jurassic Park avec cette suite placée sous le signe de l’"encore plus": de monstres, d’effets spéciaux et d’émotions fortes. Fin renard, Spielberg alterne les moments où il sort la grosse artillerie et ceux où il parvient, par un détail, à suggérer l’horreur.

Rtl-tvi 22h35: Hostel [1*]

D’Eli Roth (2005). Avec Jay Hernandez, Derek Richardson.

Roth a le sens du marketing. Pour lancer Hostel, il déclara: "Je suis choqué par le laxisme des censeurs. Par rapport à mon director’s cut, je n’ai eu que douze images à couper!" Ou encore: "Durant la projection au Festival de Toronto, nous avons eu besoin de deux ambulances." Les passages gore sont effectivement gratinés et rappellent ceux de Saw. Mais les tronçonneuses, scalpels ou perceuses ont beau s’activer, Hostel ne propose qu’un service minimal avec son trio d’ados si décervelés qu’il nous est impossible d’éprouver la moindre empathie vis-à-vis d’eux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité