Les meilleurs films de ce 12 mars

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Demain ne meurt jamais, avec Pierce Brosnan
  • Defendor: héros ou zéro?, de Peter Stebbings
  • Shame, avec Michael Fassbender
  • L’amour violé, avec Pierre Arditi

807767

France 2 20h45: Demain ne meurt jamais [3*]

De Roger Spottiswoode (1997). Avec Pierce Brosnan, Jonathan Pryce.

Après avoir été intronisé dans Goldeneye, Pierce Brosnan se veut toujours aussi irrésistible dans la peau de James Bond. Le smoking reste toutefois le plus souvent au placard au profit de tenues plus décontractées, 007 étant entraîné dans des aventures trépidantes aux côtés de Michelle Yeoh. Pas de panique cependant: il échappe à tous les dangers – y compris un tir de missile – avec une facilité invraisemblable, mais tellement réjouissante pour les fans de la saga.

Plug RTL 20h40: Defendor: héros ou zéro? [2*]

De Peter Stebbings (2009). Avec Woody Harrelson, Kat Dennings.

Pas de chance pour Defendor, l’hilarant et survolté Kick-Ass l’a complètement éclipsé, alors que le thème du super-héros de pacotille est relativement similaire. Souffrant sans doute d’une trop grande sobriété dans son développement, le film aborde, par ailleurs, l’affrontement du bien et du mal avec un certain manichéisme. Mais l’interprétation joyeusement débridée de Woody Harrelson accomplit des merveilles.

Be 1 20h55: Shame [2*]

De Steve McQueen (2011). Avec Michael Fassbender, Carey Mulligan.

Les avis sont restés très divisés quant au deuxième film de Steve McQueen. En effet, si le réalisateur livre formellement une œuvre dense, le fond suscite l’interrogation. Entre les uns qui s’extasient devant le portrait brut de cet homme souffrant d’une addiction sexuelle et les autres qui fustigent son aspect faussement provocateur et finalement très moralisateur, Shame a au moins le mérite d’intriguer.

France 2 1h00: L’amour violé [2*]

De Yannick Bellon (1978). Avec Nathalie Nell, Pierre Arditi.

Si le drame du viol demeure hélas toujours d’actualité, une certaine prise de conscience s’est toutefois développée dans notre société. Mais L’amour violé est là pour rappeler qu’il n’y a pas si longtemps, les comportements sexistes et les tabous avaient tendance à quasiment faire passer la femme pour une coupable plutôt que pour une victime. Bellon appuie son propos par une scène extrêmement dure de viol collectif où Daniel Auteuil, en début de carrière, se révèle effrayant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité