Les meilleurs films de ce 12 décembre

Découvrez des extraits vidéos des 3 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Le coupable, avec Bill Pullman
  • Coup de foudre à Manhattan, avec Jennifer Lopez
  • Big Jake, avec John Wayne
  • Commis d’office, avec Roschdy Zem

667699

Club RTL 22h10: Le coupable [3*]

D’Anthony Waller (2000). Avec Bill Pullman, Gabrielle Anwar.

Thriller totalement mésestimé, Le coupable développe pourtant efficacement une intrigue machiavélique dans laquelle les protagonistes ignorent tout de leurs motivations réciproques, bien qu’elles soient liées. Bill Pullman, excellent en avocat arriviste et dénué de scrupules, se retrouve piégé dans l’engrenage infernal qu’il a déclenché et qui le mènera à un twist final aussi bref que délicieusement vachard.

AB3 20h05: Coup de foudre à Manhattan [2*]

De Wayne Wang (2003). Avec Jennifer Lopez, Ralph Fiennes. 

Une femme de chambre d’un palace new-yorkais tombe nez à nez avec un homme politique connu. Pas de panique, ça n’a rien à voir avec l’affaire DSK, mais bien avec une comédie romantique plutôt agréable à suivre et formatée pour Jennifer Lopez dont le charme opère efficacement. Wayne Wang revisite à sa manière le mythe de Cendrillon, auquel il n’apporte pas une originalité folle, mais la relation des deux protagonistes procure son lot de bons moments.  

TCM 20h40: Big Jake [2*]

De George Sherman (1971). Avec John Wayne, Richard Boone.

Ce Big Jake constitue une belle affaire de famille: pas moins de quatre Wayne présents au générique, trois comme acteurs et un à la production! Notons aussi que John retrouve George Sherman (avec qui il tourna à ses débuts) dans ce western d’honnête facture qui oppose la ruralité et la vie sauvage du Far West aux progrès du 20e siècle naissant. Mais le cheval de Wayne continue à dépasser les voitures, la morale est donc sauve!

Arte 20h50:Commis d’office [2*]

D’Hannelore Cayre (2008). Avec Roschdy Zem, Jean-Philippe Ecoffey.

À la fois avocate, écrivaine et cinéaste, Hannelore Cayre était sans doute la mieux placée pour décrire la lente désillusion de cet avocat pénaliste, obligé de mettre sa conscience de côté pour boucler ses fins de mois. Représentatif d’une certaine justice et de ses excès, Commis d’office peine parfois à trouver le ton juste en hésitant entre satire et pur polar, mais propose toutefois une vision intéressante d’un microcosme qui paraît souvent opaque.

Sur le même sujet
Plus d'actualité