Les meilleurs films de ce 11 novembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Mademoiselle Chambon, avec Vincent Lindon
  • Espion(s), avec Guillaume Canet
  • Convoi de femmes, avec Robert Taylor
  • Tetro, de Francis Ford Coppola

653581

Arte 20h45: Mademoiselle Chambon [3*]

De Stéphane Brizé (2008). Avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain.

Brizé avance discrètement dans le ciné français et montre l’art consommé d’un peintre subtil des sentiments. Anciens amants à la ville, Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain jouent leur partition amoureuse avec une grâce infinie. Et l’on ne peut que succomber devant ce pas de deux d’un homme et une femme touchants que rien ne rassemble, hormis une tempête de sentiments incontrôlables. Du cinéma tendre, émouvant, délicieux… Un coup de foudre!

France 2 20h45: Espion(s) [3*]

De Nicolas Saada (2009). Avec Guillaume Canet, Géraldine Pailhas.

Saada réussit un exploit avec cette histoire d’espion malgré lui où le spectateur trouve du vertige à se perdre: créer un dosage parfait entre l’efficacité à l’américaine et l’illustration étonnante du film d’auteur destiné au grand public. Après Les patriotes de Rochant, Saada réinvente le genre de l’espionnage à la française. 

France 3 0h30: Convoi de femmes [3*]

De William A. Wellman (1952). Avec Robert Taylor, Denise Darcel.

Grand maître du genre, Wellman livre un western atypique, malgré le respect absolu du cahier des charges: il y a des cow-boys, des Indiens, des propriétaires terriens et une ambiance de conquête de l’Ouest. Mais le cinéaste apporte à ce monde habituellement réservé aux hommes une horde de femmes qui entendent bien ne pas jouer les seconds rôles. Ce sont elles en effet, courageuses et combatives, les héroïnes de ce film spectaculaire, émouvant et lumineux.

France 4 23h35:Tetro [3*]

De Francis Ford Coppola (2009). Avec Vincent Gallo, Alden Ehrenreich.

Cinéaste génial d’œuvres mégalos (Apocalypse Now), Coppola revient au drame intimiste. L’histoire de cet homme touché, impeccablement interprété par Gallo, fourmille de détails autobiographiques. Et crée une porte magique entre l’art cinématographique de Francis Ford et sa réalité de fils étouffé par l’ombre du père. Baignant son règlement de comptes familial dans un fantastique discret, mais à l’esthétique sublime, le cinéaste d’origine italienne tisse une véritable toile de maître.

Sur le même sujet
Plus d'actualité