Les meilleurs films de ce 10 mai

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Le concert, de Radu Mihaileanu
  • L’immortel, avec Jean Reno et Kad Merad
  • Escrocs mais pas trop, de et avec Woody Allen
  • Miquette et sa mère, avec Bourvil

350805

France 3 20h45: Le concert [3*]

De Radu Mihaileanu (2009). Avec Alexeï Guskov, Mélanie Laurent.

Un groupe de musiciens russes, licenciés sous Brejnev, décident de se produire à Paris en se faisant passer pour l’orchestre officiel du Bolchoï. Résolument optimiste, ce Concert bénéficie d’un réjouissant casting franco-russe d’où émergent le charismatique Alexeï Guskov en maestro tourmenté et la vibrante Mélanie Laurent en violoniste virtuose.

RTL-TVI 20h20: L’immortel [2*]

De Richard Berry (2010). Avec Jean Reno, Kad Merad.

L’Europacorp de Luc Besson à la production, Berry s’est vu offrir de grands moyens pour plonger dans le milieu marseillais et faire de L’immortel un Parrain à la française. Solidement rythmé, avec une bonne alternance entre action et intimisme, ce film mafieux n’a qu’un gros défaut: il imite trop son modèle et nous laisse une impression de déjà vu.

France 3 23h25: Escrocs mais pas trop [2*]

De et avec Woody Allen (2000). Avec Hugh Grant.

Un voleur malchanceux conçoit un plan "génial" pour braquer une banque: il squatte un magasin du voisinage et, pendant que sa femme sert de couverture en vendant des cookies, il se met à creuser un tunnel vers la caverne d’Ali Baba. Résultat des courses: un flop magistral… sauf que le commerce de Frenchy connaît un succès foudroyant, les rendant millionnaires. Le Woody 2000? Un cru honnête, sans plus. Mais avec une poignée de scènes désopilantes, surtout quand Frenchy (incarnée par la vedette la plus britannique de la télé américaine: Tracey Ullman) se pique de devenir une dame du monde stylée jusqu’au bout des ongles.

Club RTL 22h20: Miquette et sa mère [2*]

D’Henri-Georges Clouzot (1949). Avec Louis Jouvet, Bourvil.

Remis de ses déboires à la Libération, Clouzot fait, après Manon, une incursion inattendue dans l’univers de la comédie en costumes et lance une candide demoiselle à la conquête du Paris de la Belle Époque. Si le réalisateur ne trouve pas toujours ses marques en adaptant ce vaudeville écrit pour la scène, il a su s’entourer d’une distribution éclatante, de Danièle Delorme à Saturnin Fabre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité