Les meilleurs films de ce 10 juin

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • L'homme qui en savait trop, d'Alfred Hitchcock
  • Ocean’s Eleven, avec George Clooney
  • Jugez-moi coupable, de Sidney Lumet
  • La corde, avec James Stewart

877611

Arte 20h50: L’homme qui en savait trop [3*]

D’Alfred Hitchcock (1956). Avec James Stewart, Doris Day.

Un coup de cymbales peut changer le destin d’une famille. Hitch nous le prouve dans un de ses plus célèbres morceaux de bravoure: l’attentat final pendant un concert à l’Albert Hall. Pour en arriver là, le spectateur doit s’armer d’un peu de patience car cet Homme… démarre en douceur. Mais ensuite, il fonce comme un train dans la nuit. Chose rare, ce thriller est le remake d’un film qu’Hitchcock avait déjà réalisé en 1934 avec Peter Lorre et dont il n’était pas satisfait. Au cinéma aussi, certains revoient leur copie!

La Une 22h15: Ocean’s Eleven [2*]

De Steven Soderbergh (2001). Avec George Clooney, Brad Pitt.

Au début des années 2000, Soderbergh a acquis à Hollywood une position enviée qui lui permet même de demander à une star comme Julia Roberts d’accepter un second rôle. À défaut d’être un film très personnel, ce remake du Ocean’s Eleven de Milestone bénéficie d’un casting de rêve et détaille de manière ingénieuse le casse à haut risque de trois casinos de Las Vegas.

Club RTL 22h10: Jugez-moi coupable [2*]

De Sidney Lumet (2006). Avec Vin Diesel, Ron Silver.

On a souvent reproché à Lumet d’être un metteur en boîte plus qu’un réalisateur, vu la prépondérance des adaptations théâtrales ou des films de prétoire dans sa carrière. Mais quand un film de procès est de la trempe de Jugez-moi coupable,on en redemande! Surtout que Vin Diesel, loin de ses habituels rôles d’action man, surprend et convainc en mafioso s’improvisant avocat.

Arte 22h45: La corde [2*]

D’Alfred Hitchcock (1948). Avec James Stewart, John Dal.

D’une célèbre affaire criminelle, Hitckcock a fait "le seul film de l’histoire du cinéma tourné en un seul plan". Un beau slogan… mais mensonger puisque La corde est constitué de huit plans aux raccords soigneusement camouflés. Selon son humeur, on appréciera la prouesse en oubliant l’histoire ou on goûteral’humour noir de ce film qu’Hitchcock lui-même a qualifié, avec une sévérité excessive, d’"exercice de style complètement idiot".

Sur le même sujet
Plus d'actualité