Les infiltrés

Entre Europe et Afrique, une enquête implacable sur le commerce illégal d’animaux sauvages et… domestiques.

786061

À plumes, à poil ou à écailles, les bêtes ont la cote auprès des humains. À tel point que le marché que ces petits compagnons représentent donne bien des idées aux amateurs d’argent facile. Un chiffre, édifiant: chaque année, il faudrait environ 600.000 nouveaux chiens pour satisfaire la demande sur le territoire français. Seuls 25 % d’entre eux proviendraient d’un élevage déclaré. Quid des autres? Difficile à dire, vu la multiplicité des circuits de distribution et l’étendue des transactions.

Décryptant les petites annonces de vente de chiots, l’équipe des Infiltrés découvre de petites fraudes – des particuliers s’improvisant clandestinement éleveurs – mais aussi de gros trafics d’animaux importés d’Europe de l’Est. La législation n’est ici qu’un obstacle, aisément contourné avec l’aide de vétérinaires négligents ou peu scrupuleux. Rondement menée, cette enquête implacable remonte la filière jusqu’à la source d’approvisionnement, en Slovaquie, et met à jour un commerce illégal… et dangereux. Élevés dans des conditions sanitaires souvent déplorables, certains animaux héritent en effet de vaccins périmés ou factices qui ne les protègent pas contre la rage et représentent à ce titre un risque pour l’homme.

Mais les animaux domestiques ne sont pas les seuls visés. Les spécimens rares, sauvages ou exotiques suscitent également les convoitises, en dépit des quotas visant à protéger les espèces en voie d’extinction. Amenés clandestinement en Europe, des milliers de perroquets gris suivent ainsi un incroyable parcours, depuis la République du Congo jusqu’en France en passant par la Hollande, la Turquie et la Belgique. Rien d’impossible pour qui peut payer… Un réseau mafieux parfaitement organisé dont Les infiltrés, pénétrant au cœur du système, démonte efficacement les rouages.

Sur le même sujet
Plus d'actualité