Les films du 17 mars 2011

Pour préparer au mieux votre plateau télé, découvrez des extraits vidéos de notre sélection de films diffusés ce jeudi en télé.

21377

20h25 RTL-TVI: Mamma Mia! (2 étoiles)

De Phyllida Lloyd (2008). Avec Meryl Streep, Amanda Seyfried, Pierce Brosnan.

L’intrigue tient en une phrase: "Mais qui est mon papa parmi ces trois-là?" Les décors et les éclairages sont d’une laideur abyssale, et même l’immense Colin Firth, dernier vainqueur dans la catégorie "meilleur acteur" aux oscars pour The King’s Speech, a l’air falot. Et pourtant, ça marche! L’entrain terriblement communicatif d’une Meryl Streep incroyable balaie d’un coup de hanche toutes ces réserves, tandis qu’on se met à fredonner à sa suite le chapelet des hits d’Abba qui défilent sous nos yeux.

20h35 FRANCE 3: L’effaceur (2 étoiles)

De Chuck Russell (1996). Avec Arnold Schwarzenegger, James Caan.

John est un "effaceur": il fait disparaître des témoins d’affaires criminelles pour leur garantir une vie sans danger, sous une nouvelle identité. Un rôle qui va comme un gant à Schwarzie. Visiblement à la fête dans la peau de ce James Bond fantasque, il devra, entre autres, se débarrasser d’un alligator teigneux.

20h40 TCM: Shakespeare in Love (2 étoiles)

De John Madden (1998). Avec Joseph Fiennes, Gwyneth Paltrow.

De Shakespeare, on sait peu de chose. Profitant de cette aubaine, les scénaristes ont brodé une histoire romanesque mêlant la liaison de William et de la jolie Viola avec l’écriture du célébrissime Roméo et Juliette. L’occasion pour Madden d’investir le théâtre élisabéthain rigoriste où on ne badine pas avec l’amour. Richement photographié, ce film distrayant, coloré et fiévreux est porté par les incandescents Fiennes et Paltrow.

BE CINE: Petits meurtres entre amis (2 étoiles)

De Danny Boyle (1994). Avec Kerry Fox, Ewan McGregor.

Un titre plein de promesses, qui ne ment pas sur la marchandise. Le réalisateur de 127 heures (actuellement en salles) fait ses gammes avec ce récit macabre sur de jeunes colocataires farfelus dont l’amitié ne résiste pas à l’appât du gain. La farce, bien amenée au début, patine à mi-course. Mais le film, grâce à sa bonne dose d’amoralité, quelques séquences chocs et des acteurs irréprochables, ne laissera certainement pas de marbre les amateurs de petites monstruosités ordinaires.

Sur le même sujet
Plus d'actualité