Les dents de la neige

Oui, on met quatre étoiles! Parce qu'à ce stade, le grotesque confine à l'art et essai. 

1243423

Jeu d'acteurs, intrigue, effets spéciaux, réalisation, tout est nase. Mais ce qui dépasse tout, c'est le thème, qu'on prendrait bien comme modèle pour illustrer la définition de "sublime nanar de série Z". Imaginez… Un spring break à la montagne, soit une bande d'étudiants sexy avides de sexe et d'alcool lâchés sur des snowboards, combiné à un bon gros film d'horreur: un méchant requin géant préhistorique est lâché sur les pistes (oui, vous avez bien lu) par la bêtise des hommes. Gnap gnap, le poisson affamé n'a de cesse que de croquer de la bombasse blonde en doudoune. Vous pensiez avoir touché le fond avec la tornade de grands blancs de Sharknado ou le squale-pieuvre de Sharktopus? Vous n'aviez encore rien vu. – H.D.

Sur le même sujet
Plus d'actualité