Légumes d’antan: retour gagnant

Topinambours, radis noir, rutabagas. Pour nos aînés, ces noms rappellent le goût amer de la Seconde Guerre mondiale. 

663927

Disette oblige, on mangeait alors pas mal de racines et on se contentait de peu en matière de légumes. La fin du conflit marqua ensuite l’arrivée de l’agriculture intensive et d’autres espèces se généralisèrent.

Aujourd’hui, sous la houlette des chefs étoilés, des cultivateurs de potagers nostalgiques et des blogueurs, les légumes oubliés signent leur grand retour sur le devant des étals. "Il était temps, en un siècle, 75 % des variétés cultivées ont disparu", clame Légumes d’antan: retour gagnant, le docu diffusé ce soir sur France 5.

Avec le panais et le crosne, notamment, une nouvelle diversité s’installe dans nos assiettes, même en dehors du restaurant. Mais que restera-t-il de ce phénomène quand l’industrie recréera ces vieilles légumineuses sous une forme plus productive?

Plus d'actualité