Le mystère de la momie tatouée

Au Pérou, la découverte d'une momie "moche", vieille de 1.700 ans, bouleverse la conception d'une civilisation.

849657

Quand on pense au Pérou, on songe immédiatement à la civilisation inca, mais avant qu’elle ne soit massacrée par les conquistadors, le pays en avait connu d’autres.

Du Ier au VIIe siècle de notre ère, une civilisation théocratique prospéra en effet sur sa côte nord: la culture des Moches. Si ses représentants appréciaient volontiers les sacrifices humains et la confection d’autels à cet effet, ils excellaient également dans des arts plus subtils. Ainsi, ils maîtrisaient l’irrigation (luttant contre le désert en détournant des rivières), la métallurgie et, bien sûr, la momification.

Les Moches étaient tellement doués dans cet exercice périlleux qu’une de leurs prouesses d’embaumement a été retrouvée en 2006 dans un état de conservation stupéfiant. La momie était entourée de riches ornements et d’armes. Le dispositif funéraire classique pour un type très bien placé, pensèrent les archéologues.

Mais après avoir dépiauté les 26 couches de revêtements enveloppant le cadavre comme un cocon, ils gloussèrent: il s’agissait d’une femme tatouée. L’étude du tombeau prête à penser qu’elle exerça non seulement des pouvoirs politiques mais également religieux. Une héritière de droit divin donc, alors que jusque-là, beaucoup de spécialistes pensaient que les femmes n’endossaient pas de fonction de pouvoir dans les sociétés précolombiennes!

Le mystère de la momie tatouée nous agrippe dans une passionnante enquête qui démontre comment un tatouage peut nous raconter la vie d’une femme morte il y a 1.700 ans.

Sur le même sujet
Plus d'actualité