Le monde en face: le trésor des Kanaks

C'est une destination alléchante pour les plagistes fortunés, mais aussi pour les géants miniers… La Nouvelle-Calédonie, posée au grand large de l'Australie, abrite 30 % des gisements mondiaux de nickel.

874215

Au mois d’avril dernier, la première coulée de ferronickel est sortie du four de la fameuse usine de Koniambo, un immense complexe qui symbolise surtout pour les Kanaks de l’archipel une étape cruciale vers l’indépendance.

Car avant les accords de Matignon de 1988, cette richesse naturelle profitait surtout à la métropole et aux Caldoches, la population blanche de l’île, d’origine européenne.

Mais les velléités d’autonomie des Kanaks ont poussé à un rééquilibrage politique et à un soutien pour leur développement économique. Fine observatrice des dynamiques liées au nickel calédonien, la journaliste Anne Pitoiset livre son regard sur cette ressource providentielle, qui promet à la fois indépendance financière et montagne de convoitises.

Sur le même sujet
Plus d'actualité