Le caviar, ce trésor venu d’Iran

Si la fortune vous sourit, il y a de fortes chances que vous ayez ingurgité quelques blinis de caviar au cours de la semaine écoulée.

725757

Il n’est sûrement pas provenu de son bassin historique: la mer Caspienne où la pêche d’esturgeon, qui représentait 90 % des stocks de caviar sauvage mondiaux, est interdite depuis 2008. Depuis, c’est le caviar d’élevage, de France, de Chine ou des États-Unis, qui a pris le relais, l’esturgeon sauvage figurant parmi les espèces ultra-menacées.

Avec Le caviar, ce trésor venu d’Iran, Arte nous parle donc, ce soir, d’une époque révolue. On y découvre le témoignage (recueilli un peu avant l’interdiction) d’Akbar Tshasak, un pêcheur gagnant 300 euros par kilo de caviar écoulé alors qu’en bout de chaîne, dans nos pays gourmands, le "gâteau de joie" (traduction littérale) se vend quatre fois plus cher, voire plus encore…

Sur le même sujet
Plus d'actualité