Le Brésil poursuit son rêve

Les supporters brésiliens ont eu des sueurs froides hier lors du match face au Chili. Mais la Seleçao a émergé, au bout du suspense.

1131873

L’Amérique latine était à la fête hier soir avec les affiches Brésil – Chili et Colombie – Uruguay. Et ce sont finalement les Auriverdes et les Cafeteros qui ont pu prolonger les célébrations jusqu’au bout de la nuit. La décision a tout de même mis plus de temps à tomber dans le premier match. Les Brésiliens ont dû batailler jusqu’aux penalties pour parvenir à atteindre les quarts de finale de leur coupe du monde. Et, à cet exercice, ils se sont montrés plus adroits que leur adversaire du jour. Notamment grâce à leur gardien, Julio Cesar, qui a fait taire tous ses détracteurs. Critiqué pour ses erreurs lors du dernier mondial, sa sélection par Scolari avait suscité bien des débats. Mais le dernier rempart a répondu de la meilleure des manières en permettant ainsi aux Brésiliens de rester invaincus depuis 41 rencontres sur leurs terres.

Dans l’autre match, il n’y a pas vraiment eu de surprise. Les Colombiens sont redoutables depuis le début de la compétition. Et, vu leur état de forme, ils partaient favoris face à des Uruguayens amputés de leur cannible Suarez. C’est James Rodriguez qui avait les crocs les plus affutés hier et il a mordu ses opposants à deux reprises pour assurer le passage en quart (contre le Brésil) et s’adjuger la place de meilleur buteur de la coupe du monde, avec ses cinq réalisations.

 

Ochoa, à nouveau héros?

Ce soir, l’Europe entre en piste avec deux représentants: les Pays-Bas et la Grèce. Les Oranje vont devoir confirmer leurs excellentes dispositions montrées depuis le début de la compétition. Des prestations qui les ont placés parmi les favoris du Mondial. Mais, ce soir (18h), un Mexicain pourrait bien contrecarrer tous leurs plans. Il s’agit du dernier rempart adverse: Ochoa. Ce dernier avait écoeuré tout le Brésil, Neymar en tête, en se démultipliant aux quatre coins de sa cage pour préserver le zéro. Van Persie et Robben parviendront-ils à briser cette muraille? En tout cas, une élimination à ce stade de la compétition serait de très mauvais goût… et libérerait une belle brèche dans cette partie de tableau final également fréquentée par nos Diables.

La dernière rencontre du jour opposera deux petits Poucet. L’affiche Costa-RicaGrèce n’avait rien d’emballant avant le début de la Coupe du monde. D’ailleurs, l’évocation de ce match, en huitièmes de finale, n’aurait sans doute été dû qu’à un excès de caïpirinha. Mais, à force d’abnégation, les deux nations ont arraché méritoirement leur ticket qualificatif. Une première pour les Grecs tandis qu’il s’agit de la deuxième paritcipation à ce stade de la compétition pour les Ticos. Les deux formations se prennent donc à rêver. D’autant plus en Grèce où l’on fête cette année le dixième anniversaire…. de la victoire en Coupe d’Europe.

 

Hier 

Brésil-Chili : 1-1 (3-2 aux tirs aux buts)

Colombie-Uruguay : 2-0

Aujourd’hui

Pays-Bas-Mexique (18h)

Costa-Rica-Grèce (22h)

Sur le même sujet
Plus d'actualité