L’aventure humaine: Billy the Kid

On croit tout savoir de lui. Mais l’enfant terrible du Far West avait plus d'un visage derrière sa gâchette.

751917

21 meurtres en 21 années de vie avec exactement 21 balles. À l’instar de Jesse James, Buffalo Bill ou Calamity Jane, ce bon vieux Billy the Kid est un magnifique exemple de la fascination fantasmagorique exercée par l’Ouest américain et ses "héros".

Car même s’il fut plusieurs fois emprisonné pour meurtre, son tableau de chasses serait, en réalité, constitué d’à peine la moitié de victimes. Le gaillard a vu le temps et le cinéma (notamment Le Gaucher en 1958 et surtout Pat Garrett et Billy the Kid en 1973) modifier son parcours. Voilà pourquoi ce samedi, Arte a décidé de rétablir quelques vérités avec un portrait riche et roublard de ce hors-la-loi légendaire qui, malgré sa petite taille et son visage juvénile, a tout de même fait trembler quelques cowboys…

Si, d’apparence, il ne faisait pas le poids face à ses congénères costauds et machos, c’était sans compter sur son caractère colérique, son âme belliqueuse et, surtout, son habileté étourdissante dans le maniement des armes à feu.

Le Kid fut pourtant assassiné d’une balle en plein cœur par un ex-ami rangé du côté de la justice: le shérif du comté de Lincoln, alias Pat Garrett. L’enfant terrible de l’Arizona est ainsi entré dans la légende par la porte principale, celle empruntée par les brigands qui ont eu la vie courte et la mort soudaine.

Certaines rumeurs continuent néanmoins de circuler sur les circonstances exactes de son décès (Garrett aurait tué un ami du Kid, puis aurait menti pour empocher les 500 dollars promis par l’Etat) ainsi que sur sa qualité de tueur gaucher (il serait en fait droitier, mais la première photo prise de lui aurait été tirée à l’envers…).

Quand on vous dit que le mythe nous cache des choses, on ne vous ment pas. Il ne vous reste plus qu’à vous installer confortablement dans votre saloon…

Sur le même sujet
Plus d'actualité