L’aventure humaine: Au bonheur des dames, l’invention du grand magasin (Arte 20h40)

Au royaume de l'achat, les grands magasins sont rois. Retour à la ca(is)se départ.

133636

À moins d'être nudiste à l'année ou de vivre en ermite et de recycler ses haillons, la case shopping fait partie de notre quotidien. Qu'on y soit addict, allergique ou simplement habitué, faire les magasins relève du devoir citoyen. Après, chacun sa méthode. Par Internet, dans une galerie commerçante, seul ou entre amis, les possibilités sont multiples. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Il fut un temps où se procurer un vêtement relevait du parcours du combattant: couturier, choix très réduit et prix rébarbatif.

C'est là où démarre le docu du jour. Il s'articule autour de la naissance des grands magasins, fin du 19e siècle, qui a sonné le glas de cette période de faible production. En digne capitale de la mode, c'est Paris qui accueille le premier établissement du genre: le Bon Marché. Les femmes au foyer sont plus que ravies, l'occasion de sortir de la maison est toute trouvée. Plus besoin de faire partie d'un club de lecture pour se rejoindre: la société de consommation telle qu'on la connaît est née.

Réunissant dans un seul lieu des habits, des articles de détente et même de la nourriture, le Bon Marché suscite l'envie… et donc, la dépense. Autre nouveauté, les clients ont désormais la possibilité de se faire rembourser un achat qui ne convient pas ou d'utiliser un crédit. Quant aux maris qui s'ennuient, ils ont droit à leur salle de lecture; ce qui donne aux fashionistas en herbe tout le temps d'écumer les rayons. Les réticences à débourser tombent. Le concept marche et va essaimer. Peu de temps après la France, l'Angleterre inaugurera les enseignes Selfridge et Sears. Et depuis, le mass market n'a plus fermé boutique.

Voir les rediffusions de ce programme

29 octobre: L'aventure humaine: Au bonheur des dames, l'invention du grand magasin (Arte 20h40)

Sur le même sujet
Plus d'actualité