L’attaque

Des flics, des voyous et des otages. Un honnête polar, pas toujours abouti mais agréablement distrayant.

928199

C’est une journée bien banale qui s’annonce pour les employés de la petite agence bancaire SPC, installée dans une ville bourgeoise de la banlieue parisienne. Petites piques entre collègues, refus de prêt, numéros de charme de clients aux abois…

Jusqu’à ce que quatre gaillards bien déterminés débarquent armes au poing, verrouillent la porte et mettent en joue la dizaine de personnes présentes. Un petit hold-up et puis s’en va? Pas vraiment. A la surprise de la jeune chef d’agence comme du commissaire en charge de l’affaire, les braqueurs prennent racine.

Visiblement persuadés de trouver beaucoup plus que les quelque 10.000 euros officiellement gardés dans les coffres. Commence alors une longue attente pour les flics postés à l’extérieur, les otages malmenés et les voleurs pas toujours sur la même longueur d’onde.

De ce sujet riche en promesses dramaturgiques, le scénariste Sylvain Saada (Tango, 1788 et demi…) tire un feuilleton en trois épisodes qui exploite plutôt bien les potentialités du huis-clos et alterne habilement les points de vue.

Tensions et imprévus surgissent rapidement dans chacun des camps: un flic ambitieux joue cavalier seul au risque de tout faire capoter; les braqueurs peinent à contrôler l’un des leurs, instable et violent; certains otages adoptent une attitude dangereuse pour le groupe… Dommage que cette honnête Attaque cède de temps à autre à la facilité, tant dans les dialogues et la caractérisation des personnages (certains caricaturaux, d’autres franchement inexistants) que dans l’émotion, parfois artificiellement distillée.

Mais l’ensemble tient la route, la distribution réserve quelques bonnes surprises (Lionnel Astier dans le rôle du commissaire, François-Eric Gendron dans celui d’un chef étoilé…) et le rythme reste soutenu. Simplement divertissant en somme, et c’est déjà pas mal.

Sur le même sujet
Plus d'actualité