La vie rêvée de Gaspard

A l’occasion de ses vingt ans, France 5 modifie sa grille. Et confie trois films à Agathe Lecaron.

1239055

On n’a pas tous les jours vingt ans. Pour la chaîne de la connaissance et du savoir, l’anniversaire se fête à coups de programmation spéciale jusqu’au 21 décembre. Et c’est Agathe Lecaron – la chef de bande d’On n’est pas que des cobayes! – qui ouvre le bal de fin d’année pour une collection de trois films dont elle est à la fois coauteure et coréalisatrice. Son idée: explorer le futur. Mais pas n’importe comment. La présentatrice est depuis peu la jeune maman d’un petit Gaspard, dont l’avenir l’inquiète déjà. Hors de question, donc, de verser davantage dans la pensée anxiogène en évoquant la surpopulation, le réchauffement climatique ou les maladies. Comme son titre l’indique, La vie rêvée de Gaspard se veut résolument positif et s’intéresse aux progrès, aux innovations et aux initiatives laissant entrevoir des lendemains qui chantent – sur un tout autre rythme qu’aujourd’hui peut-être, mais qui chantent.

Consacré à l’enfance, ce premier volet donne le ton: personnel et familier (Agathe Lecaron s’adresse à son fiston, multipliant les "mon cœur, mon amour"), léger et divertissant. Brassant des sujets aussi divers que l’alimentation, l’éducation, le logement ou le sport, le documentaire ne nous apprendra pas grand-chose – comme le confirme sa conclusion sur le monde ultra-connecté qui, ça alors, nous attend. Anecdotique donc, mais sympathique grâce à l’enthousiasme et à l’humour de la jeune femme, qui teste elle-même les nouveautés les plus prometteuses, des dîners à base d’insectes grillés au casque de réalité virtuelle prisé par les gamers. Un peu de mise en perspective et d’analyse des enjeux auraient été les bienvenus – ce sera peut-être pour les numéros suivants, dédiés l’un à l’écologie et au "vivre ensemble", l’autre à la santé? A défaut, le programme devrait au moins amuser le grand public auquel il se destine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité