La face cachée d’Hiroshima (La Une 21h35)

L'image est ultraconnue. Un immense champignon atomique s'élevant d'une ville anéantie par la bombe Little Boy larguée par le B-29 Enola Gay.

63950

Nous sommes le 6 août 1945 à 8 h 15 heure locale. Le pilote, le colonel Paul Tibbets, a donné l'ordre et rempli sa mission. Résultat: 140.000 morts directs ou indirects (dus aux radiations). Trois jours plus tard, ce sera le tour de Nagasaki. Deux cibles (parmi cinq autres) symboles historiques du Japon impérial. Complètement K.-O., l'empire du Soleil levant capitule le 14 août.

À l'époque, la propagande américaine considérait l'arme atomique et son usage ravageur comme un "mal nécessaire" pour mettre fin à la guerre. Mais la réalité historique est bien plus complexe et sournoise. C'est ce que La face cachée d'Hiroshima nous révèle. Grâce à une collection unique d'archives japonaises et américaines, on plonge dans le Projet Manhattan, un programme secret initié dès 1942 et seulement six mois après l'entrée en guerre des États-Unis. Militaires, scientifiques, industriels et politiques voulaient, main dans la main, détenir l'arme atomique. Et surtout la tester "pour de vrai". Le Japon, pour son malheur, fut la trop belle occasion.

4 octobre – La Une 21h35: La face cachée d'Hiroshima

Sur le même sujet
Plus d'actualité