Jusqu’à l’enfer

Une vie bien banale que celle de Simon Andrieu, mari et professeur discret installé dans une petite ville de province.

810875

Mal à l’aise dans cette bourgeoisie dont il n’est pas issu, il ne trouve de contentement que dans la quiétude de sa cave, où il peut contempler à loisir son installation de trains électriques miniatures.

Mais l’homme ordinaire se trouve au centre de toutes les rumeurs lorsqu’un matin, la jeune Anglaise que Simon et Christine Andrieu hébergent est retrouvée étranglée.

Adapté de La mort de Belle de Simenon, ce téléfilm, signé Denis Malleval à la réalisation et Jacques Santamaria à l’écriture, avait reçu un très bel accueil lors de sa première diffusion en 2009. Un duo gagnant pour une fiction TV à la fois maîtrisée et inspirée, qui offrait à Bruno Solo son premier véritable rôle dramatique.

À (re)voir pour le comédien – lui-même fan du "Dostoïevski d’outre-Quiévrain", comme il surnomme Simenon – plus que convaincant dans le rôle sombre d’un pauvre type complexe et complexé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité