Jean Reno sort la grosse artillerie pour Jo, sa première série policière. Avec, en vedette, la capitale française.

836685

Pour convaincre la star de Léon et des Visiteurs d’incarner un flic pour la télévision, le projet se devait d’être ambitieux.

Capable de répondre sans bavure aux attentes et exigences de l’acteur à la renommée mondiale. Cette coproduction internationale n’a donc pas lésiné sur les moyens. La fiction a été concoctée par un "faiseur" d’histoires, le scénariste producteur René Balcer, auteur de New York, section criminelle et de New York, police judiciaire.

Il a donné naissance au personnage de Jo, ce commandant de police humain et désenchanté. Et pour donner du relief à ces enquêtes criminelles, il les a situées dans une ville emblématique: Paris.

Chaque épisode (huit au total pour un budget de 2 millions d’euros chacun) débute, en effet, par la découverte d’un meurtre dans un des lieux mythiques de la capitale française.

De Notre-Dame aux catacombes en passant par la place de la Concorde, la place Vendôme, les Invalides, le Marais, l’Opéra et Pigalle, aucun monument ne sera oublié au cours de ces petites balades touristiques mortuaires!

Hormis Jean Reno, tous les autres comédiens de Jo sont anglo-saxons, c’est pourquoi le tournage s’est déroulé en langue anglaise.

Dans le rôle du coéquipier, on retrouve l’acteur britannique Tom Austen, connu pour la série Les Borgias. Jill Hennessy, l’interprète du Dr Jordan Cavanaugh dans Preuve à l’appui, participe aussi à l’aventure sous les traits de sœur Karyn, une nonne atypique qui va aider Jo à renouer avec sa fille. Tournée par plusieurs réalisateurs dont la Scandinave Charlotte Sieling (Borgen, The Killing), cette série policière ne révolutionne pas vraiment le genre. Trop formatée dans sa narration à l’américaine, elle vise à toucher un large public à l’international. Un nouveau souffle plus européen aurait été le bienvenu. Dommage…

Sur le même sujet
Plus d'actualité