Je vous demande de vous arrêter

Charline Vanhoenacker investit (provisoirement) le petit écran avec un talk-show sur la bêtise humaine.

1350734

Elle est la figure montante de France Inter où elle officie à la tête de l’émission quotidienne Si tu écoutes, j’annule tout. Très attachée à la radio, la journaliste a toutefois signé la présentation exceptionnelle de deux primes sur France 4, rediffusés sur La Deux: Je vous demande de vous arrêter, une "gigantesque connerie organisée", aussi drôle et impertinente que son animatrice.

Pourquoi avoir accepté de faire de la télévision?

Charline Vanhoenacker – Un producteur, plus insistant que les autres, m’a proposé un concept qui me ressemblait: parler de la connerie organisée, avec un côté pamphlétaire qui me correspond bien. Argument décisif, il était d’accord pour que j’amène ma bande de France Inter: Alex Vizorek, Guillaume Meurice, Clara Dupond-Monod et André Manoukian. Et surtout, ça devait n’être qu’un one shot. Après, je me suis fait avoir, on en a fait deux – on va dire que c’était la happy hour! Moi qui ai la dent dure contre la télé, ça me permettait aussi de voir à quoi ça ressemblait. Pour critiquer, il faut avoir testé.

Vous avez encore choisi un titre à consonance politique…

C.V. – L’émission devait s’appeler Oups, mais je trouvais ça un peu niais. Je voulais quelque chose de politique: c’est mon thème de prédilection, j’ai grandi dans la tradition de la caricature française. Je dois toujours batailler pour imposer un titre de ce genre, mais c’est un label de liberté d’expression, qui prouve que la production et la chaîne n’ont pas froid aux yeux.

Pourquoi la connerie?

C.V. – En politique, en histoire, en économie, des gens ont réfléchi pour finalement produire une vaste connerie! C’est très drôle, mais ça fait sens aussi, ça dit des choses de la société. L’humour, l’absurde, la satire façon Petit Rapporteur sont la meilleure manière pour moi de questionner et remettre en question.

Sur le même sujet
Plus d'actualité