The Good Wife : Trop bonne bobonne?

La situation est presque surréaliste. Pour Alicia Florrick (Julianna Margulies) comme pour le téléspectateur. Comment une épouse peut-elle rester aux côtés de son mari, alors que ce dernier - un ex-procureur - admet face à la presse qu'il est corrompu ? Et qui plus est, qu’il a trompé sa femme avec une prostituée ?

19498354

Humiliée et bafouée, Alicia reste droite dans ses bottes. Inconcevable. Pourtant, en l’espace de cette courte séquence introductive, The Good Wife (« La bonne épouse ») réussit le tour de force de mettre en scène toute la complexité de son héroïne principale. Chapeau.

Six mois plus tard. Peter Florrick (Chris Noth) est derrière les barreaux. Pour subvenir aux besoins de ses deux gamins, Alicia décide de reprendre le boulot. Devenue désormais avocate au sein d’un cabinet de Chicago, elle doit faire face à la concurrence que lui impose Cary Agos (Matt Czuchry), un jeune ambitieux, et s’atteler à de nombreuses affaires judiciaires. Des dilemmes qui rythmeront chaque épisode, et qui remettront en question sa propre moralité. Alors qu’en parallèle, elle tente toujours de pardonner son mari, elle tombe, peu à peu, sous le charme de Will Gardner (Josh Charles), son patron.

L’idée originale de The Good Wife ne vient pas d’une affaire en particulier. « On s’est aperçu que de nombreux politiciens, tombés en disgrâce lors de scandales étaient parvenus à conserver le soutien de leurs épouses, explique Robert King, cocréateur de la série. Michelle (sa femme et cocréatrice – NDLR) et moi-même étions curieux de savoir quel pouvait être leur état d’esprit, et ce qu’il adviendrait de leur couple. En même temps, ma sœur avait décidé de redémarrer sa carrière d’avocate. Un job qu’elle avait laissé tomber pour élever ses enfants. » C’est la conjugaison de ces deux éléments qui a donc donné naissance à cette révélation de l’année 2009 aux Etats-Unis.

Un succès qui permet à son interprète principale de se débarrasser définitivement de l’étiquette Urgences. Car à défaut d’avoir su donner un nouveau souffle à sa carrière après son départ du feuilleton médical, Julianna Margulies était restée dans les esprits comme la sympathique infirmière Carol Hathaway. Du passé, elle peut enfin faire table rase, grâce à ce rôle tout en subtilité. Un personnage fascinant sur lequel repose une très grande partie des intrigues, et loin d’être aussi parfait que ce que suggère le titre de la série. On recommande!

4 février: 20h20 RTL-TVI The Good Wife

Sébastien Barké

Sur le même sujet
Plus d'actualité