Fritkot

Le décor est celui devant lequel tout bon Belge s'est déjà arrêté au moins une fois dans sa vie. Une friterie de quartier.

898851

Des quidams qui viennent chercher des cornets sauce mayo, des fricadelles ou une chope. Un théâtre où se mélangent les nationalités et les statuts sociaux. La tenancière, une dame au verbe sans gêne et à l’accent qui ne trompe pas, écoute les petits tracas, colporte quelques ragots, prend des nouvelles de la mère d’untel.

Certains élus de la commune la trouvent un peu vulgaire et jugent son fritkot obsolète. C’est pourtant ce qui fait tout son charme. La preuve dans ce documentaire savoureux qui ausculte sans arbitrer des petites saynètes faussement anodines, reflets d’une Belgique qui ne manque pas de sel!

Plus d'actualité