Football: Ecosse-Belgique

Les Diables se rendent chez des Ecossais hyper compliqués à manœuvrer. Mais avec un kilt de secours.

933071

On oublie le match contre la France, sans but ni enjeu, ni réelle étincelle. On se concentre désormais sur l’essentiel: la phase de qualification pour le Brésil, qui s’approche tout doucement de son épilogue.

Obstacle en présence: une Ecosse dont les Diables se souviennent forcément, après un match aller dont le suspense fut interminable, obligeant les spectateurs à attendre la 68e minute avant une délivrance signée Benteke et, trois minutes plus tard, une mise à mort en excellente Kompany. Voilà qui résume parfaitement ce qui nous attend ce vendredi à Glasgow: une équipe qui maîtrise patiemment le temps de jeu et qui, malgré son élimination assurée en raison de ses 5 petits points dans ce groupe A, n’a nullement l’intention de vivre une seconde déroute face aux Diables.

Les équipes super-équipées, les Ecossais connaissent: le soir où on affrontait les Serbes, ils venaient à bout de la redoutable Croatie, soutenus par un public qui joue à merveille le rôle de douche froide (ou de douche écossaise).

Mais ils ne seront pas seuls à faire du bruit: plus de 6000 maillots noir-jaune-rouge font le déplacement jusqu’à Glasgow pour cette rencontre au sommet. A la base, l’Union belge n’avait reçu «que» 3950 tickets, mais face à la forte demande et à l’excellente réputation de nos supporters, la Fédération écossaise a gentiment accepté d’augmenter son quota.

Reste à signaler que ce vendredi soir, à la même heure, un autre match-clé se joue à Belgrade, entre la Serbie et la Croatie. On ne jouera pas au délicat jeu des «si», mais on vous laisse imaginer les hypothèses que les deux pelouses envisagent déjà en silence…

Sur le même sujet
Plus d'actualité