Foot – Match amical: Angleterre-Belgique

La fin d'une longue série de malchances et enfin la victoire contre l'Angleterre? On veut y croire…

392592

En 21 confrontations depuis le 21 mai 1921, la Belgique n’est parvenue qu’à une reprise à battre l’Angleterre. L’exploit s’est produit le 9 mai… 1936, à Bruxelles (3-2), en match amical !

Pourtant, si la génération des Diables rouges d’aujourd’hui fait toujours rêver, c’est parce que ses aînés ont écrit quelques pages d’anthologie face à ces mêmes Anglais. En 1990, avec un Enzo Scifo éblouissant sur les terres (italiennes) de ses ancêtres, les Belges de Guy Thys essuient un cruel revers face à l’équipe à la Rose, par la faute d’un certain David Platt.

En huitième de finale, ce dernier crucifie Michel Preud’homme à l’ultime minute de la prolongation d’une volée venue de nulle part… Une injustice aux yeux de 10 millions de Belges qui ne se seront ensuite plus passionnés pour le Mondiale 90 remporté par la RFA de Lothar Matthäus.

L’Angleterre, donc, sera ce soir au menu de notre équipe belge coachée par Marc Wilmots à la suite du cocufiage de Georges Leekens.

L’invitation de la vénérable Fédération anglaise n’est pas balancée à tout le monde et il s’agira de faire bonne figure en tant que "sparring-partner" d’une heureuse sélection qui effectue ses derniers réglages pour l’Euro en Pologne et en Ukraine.

Jouer à Wembley pour un footballeur, c’est comme frapper la balle jaune à Wimbledon pour un tennisman, lancer le cochonnet au boulodrome de Marseille pour un Fernandel ou surfer Jaws à Maui pour Brice de Nice. Le top!

Tous les regards seront portés sur Vincent Kompany, promu King d’Angleterre avec Manchester City et qui s’est naturellement imposé comme le premier lieutenant du sélectionneur Wilmots sur le terrain. Généralement pathétiques en joutes amicales contre des sans-grade, les Diables rouges surprennent souvent contre des grands. À voir, donc. Sans modération. Et sans prolongation.

Sur le même sujet
Plus d'actualité