Face au juge , clap première

Une plongée discutable au cœur des procédures accélérées.

1271425

"Bruxelles, l'une des villes les plus dangereuses d'Europe". D'entrée de jeu, la voix off laisse présager le pire. Braqueurs sanguinaires, tueurs sadiques, serial killers, à quelles horreurs va-t-on encore être confronté? Pas de panique, l'adrénaline retombe dès l'apparition du premier prévenu, un petit dealer récidiviste à qui la juge tente d'expliquer qu'aux yeux de la loi, "dépanner un copain" signifie avant tout vendre des stupéfiants. En matière de délits mineurs, de l'arrestation du délinquant à sa comparution devant le tribunal, le problème est réglé manu militari en moins de trois semaines grâce à la procédure accélérée, et les affaires s'enchaînent à un rythme effréné.

A Charleroi, on a le pied aussi lourd qu'on a le coude léger, et les infractions routières constituent un véritable fléau. Heureusement, un juge patelin veille au grain et n'hésite pas à réchauffer l'ambiance du prétoire en dégainant des blagues plus ou moins subtiles. Plutôt moins, d'ailleurs. "Pourquoi ne pas pimenter l'audience avec un peu d'humour pour autant que ce soit gentil? La vie est déjà suffisamment triste." Triste? Ce n'est pas l'avis de notre dealer récidiviste qui, après s'être fait remonter les bretelles, découvre avec une joie non feinte la clémence de ses juges: "Ils m'ont mis un sursis… Ça me dépasse!" Bref, encore un reportage prompt à donner une image forcément tronquée d'une réalité complexe et à cimenter quelques stéréotypes coriaces sur le laxisme de la justice, les nationalités de la délinquance et patati et patata. Un parti pris contestable dans la mesure où chacun peut y puiser des arguments spécieux pour justifier les thèses les plus populistes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité