Envoyé spécial: Immolations: l’appel du feu

Mohamed s’est avancé devant la préfecture de la ville, s’est aspergé d’essence et a mis le feu à ses vêtements. C’était le 17 décembre dernier, à Sidi Bouzid.

37755

Jeune marchand ambulant, il n’avait pas supporté que la police confisque sa marchandise. Par ce geste, ce n’est pas juste son corps que Mohamed a enflammé, mais la Tunisie entière. Car cet acte, d’une violence inouïe, témoigne plus encore que d’autres formes de suicide du désespoir qui rongeait cet homme et avec lui toute la jeunesse de son pays. Envoyé spécial a choisi de revenir sur ces événements, en dépassant les simples faits pour réfléchir à leur signification. Historiquement, l’immolation par le feu représente un sacrifice religieux. Dans l’acte politique de Mohamed s’inscrit donc une dimension symbolique forte. Mais les réalisateurs veulent aussi rappeler une réalité alarmante: chaque semaine ou presque, d’autres jeunes Tunisiens imitent le geste de Mohamed, malgré la fin de la dictature.

30 juin: France 2 20h35 – Envoyé spécial: Immolations: l'appel du feu

Sur le même sujet
Plus d'actualité