Échappées belles: de Bruxelles à la côte flamande

Sacha Bollet explore notre pays en sortant des sentiers battus. Un voyage frais, inattendu mais néanmoins… surréaliste!

823531

Un œil extérieur qui se pose sur un Etat, c’est toujours risqué. Surtout quand il s’agit d’une chaîne française qui, de sa grandeur, scrute ce confetti tourmenté qu’est la Belgique.

Pourtant, ce soir, France 5 jouera la carte de la fraîcheur, reléguant momentanément Eddy Merckx, notre penchant brassicole et les frites au placard. Sacha Bollet, la brunette qui pilote les flâneries d’Échappées belles, préférera la caverne à idées de l’incroyable Max Vandervorst à la pipe de Magritte pour faire (re)goûter au surréalisme local.

Si vous ne le connaissez pas encore, ce pataphoniste a longtemps joué un spectacle appelé L’homme de Spa, véritable épopée sonore où la musique sortait essentiellement de bouteilles produites dans notre ancienne cité thermale. Luthier sauvage, il invente régulièrement des instruments, qu’il baptise spalafon, choucroutophone ou sarbacane traversière.

Après un détour chez le saltimbanque Vincent Wauters de l’Ecole du cirque de Bruxelles, le magazine musardera vers la Meuse, aux abords de Hermalle-sous-Huy. Là-bas, Augustin Van Praet, courageux batelier bien arrimé à sa péniche, achemine des pierres de dolomite pour les transformer en chaux.

Au-delà de la frontière linguistique, Sacha Bollet s’initiera aux douceurs flamandes. Menu du nord: visite du restaurant Le Volta de Gand, ancienne centrale électrique habilement réhabilitée par le talentueux chef Olly Ceulenaere, compétition de chars à voile sur la rude plage de La Panne et restauration des grues classées du port d’Anvers. Qu’on se le rappelle: le plat pays peut encore nous régaler.

Sur le même sujet
Plus d'actualité