Documentaire: Le prix du sourire

Pour croquer la vie à pleines dents, encore faut-il qu’elles soient impeccables. Sinon, la douloureuse risque de bien porter son nom…

321657

Les dents ne sont plus seulement le pilier de notre capital santé. Bien au-delà des considérations sanitaires, de belles quenottes représentent désormais un important symbole de réussite sociale et un inestimable atout séduction dont beaucoup de personnes ne peuvent plus se passer. Mais comme nul ne naît avec le sourire de Tom Cruise, obtenir et garder des dents parfaites, ou presque, implique un certain nombre de visites chez le dentiste. Et c’est là que le bât blesse.

Plus encore que l’optique, les soins dentaires s’avèrent, en France, extrêmement mal remboursés et les tarifs, librement fixés par les spécialistes, deviennent dissuasifs. Une même couronne peut, par exemple, être facturée entre 450 et 1.600 euros selon le praticien choisi! Conséquence: les Français seraient 20 % à avoir renoncé à se soigner pour raisons économiques.

Menant l’enquête sur les raisons d’une telle cherté, Frédérique Mergey s’est penchée sur les différents moyens de réduire la douloureuse ainsi que sur les risques inhérents à ces pratiques: visite des bars à sourire où le client peut s’offrir un blanchiment express comme d’autres une manucure, importation de prothèses fabriquées en Chine… et tourisme dentaire.

De plus en plus de patients se tournent en effet vers l’Espagne, le Maroc, mais surtout la Hongrie, où les chirurgiens-dentistes se montrent bien moins gourmands que leurs homologues français (jusqu’à 50 % moins cher). Accueil en taxi à l’aéroport, traducteur mis à disposition, voire hébergement offert…, l’offre est alléchante et les soins pratiqués dans un pays de l’Union européenne peuvent, qui plus est, être remboursés. Une sacrée concurrence pour les praticiens de l’Hexagone qui pointent du doigt les dangers potentiels de ces interventions, pas toujours à raison.

Sur le même sujet
Plus d'actualité