[DOCUMENTAIRE] CAP 4810, altitude Mont Blanc

Une poignée de personnes en situation de handicap et des personnalités de la RTBF ont gravi le mont Blanc. Un bel exploit.

954025

En juin dernier, une cordée d'alpinistes en herbe s'attaquaient au mont Blanc, le toit de l'Europe. Parmi eux, des handicapés mentaux, des personnes à mobilité réduite, mais aussi quelques visages de la RTBF, réunis pour un défi CAP 48 pas comme les autres. De ce voyage est né un documentaire magnifique, où l'aventure sportive rivalise avec l'aventure humaine. Delphine Simon, présentatrice du 15 minutes, a pris part à cette belle épopée alpine.

Comment est né ce projet d'ascension du mont Blanc?

DELPHINE SIMON – C'est mon collègue David Bertrand qui a eu l'idée d'organiser un défi pour CAP 48. Il recherchait des personnes qui n'avaient pas d'expérience de la montagne, et il y avait à la fois le côté sportif et le côté défi d'équipe, qui me plaisent.

Comment s'est déroulée cette ascension?

D.S. – En arrivant sur place, c'était très impressionnant. Nous avions fait quelques heures d'entraînement en escalade en Belgique, mais je n'avais pas imaginé que ça puisse être aussi vertigineux! Il y avait le vide de tous les côtés, j'étais paniquée. Le premier soir, les guides se sont dit qu'on n'y arriverait jamais. Et pourtant nous l'avons fait! Malheureusement nous n'avons pas pu atteindre le sommet, à cause des risques d'orage. C'était frustrant, mais on avait fait le plus dur, on était arrivés à 3.800 mètres.

Qu'avez-vous tiré de cette aventure?

D.S. – J'ai passé une semaine fantastique là-bas. Il y a eu tout de suite une symbiose et nous avons tous repoussé nos limites. Et vu l'engouement sur les réseaux sociaux, je crois que nous avons réussi à faire passer ce message qui me tient beaucoup à cœur: tout est possible, il ne faut pas s'arrêter au handicap.

Sur le même sujet
Plus d'actualité