Docu – Les mineurs chiliens, la vie après

C'était la grande saga médiatique de 2010. Une angoisse mondiale, suivie d'un happy end bardé d'émotions, là, sous nos yeux, dans le confort de notre salon. 

511201

D’août à fin octobre, 33 mineurs se sont retrouvés coincés à 700 mètres sous terre, à Copiapó au Chili. Les caméras sont restées scotchées jusqu’à ce qu’on finisse par tous les remonter. Puis, les médias sont repartis ailleurs.

Deux ans après, la journaliste Sylvie Blum les a retrouvés. Un peu à l’image des pompiers de l’après-11 septembre, le bilan n’est pas flatteur. Aujourd’hui, la plupart des mineurs oscillent entre chômage et petits boulots – seuls les plus âgés ont pu bénéficier d’une maigre pension, voire d’une moto offerte par Kawasaki.

De leurs témoignages ressort le poids psychologique de la catastrophe qu’ils ont vécue. Et surtout, l’absence de suivi alors qu’ils se sont vus devenir plus fragiles que des poupées de cristal après avoir été enfermés dans une cage de pierre et de terre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité