Docu – La soif du monde

Après Home, Yann Arthus-Bertrand propose un sublime voyage autour de l’eau toujours plus rare, inégalement distribuée, souvent polluée.

327042

Yann Arthus-Bertrand a trouvé le bon filon. Depuis sa série Vu du ciel, le célébrissime photographe fraie joyeusement avec l’écologie et ça lui va plutôt bien. Après le formidable succès du film Home, il présente aujourd’hui son tout nouveau documentaire, centré sur l’un des enjeux majeurs du XXIe siècle: l’eau.

Le constat largement martelé: les besoins croissants de la population mondiale, elle-même en nette augmentation, s’avèrent bien supérieurs aux ressources de notre bonne vieille Terre, qui à l’inverse s’amenuisent de jour en jour. Chiffres (nombreux) à l’appui, Yann Arthus-Bertrand nous invite alors à suivre le long voyage de cette eau, enjeu essentiel à la survie des hommes.

Et cette fois, il ne se contente pas de nous offrir les très belles images d’une nature extraordinaire, mais donne la parole aux populations rencontrées. Ceux qui n’ont pas accès à l’eau potable (ils sont encore 800 millions), ceux qui se livrent une guerre farouche pour se l’approprier, ceux qui en manquent, ceux qui meurent de son insalubrité.

Explorant une vingtaine de pays en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique, il dresse le bilan d’une situation alarmante, sans omettre de présenter quelques initiatives locales destinées à changer la donne. Dommage que Yann Arthus-Bertrand persiste à coller sur son film un commentaire gonflé aux bons sentiments, pointant "la débrouillardise des plus pauvres", proclamant que "l’honnêteté paie" et que notre salut exige de "s’entendre et partager". C’est à la fois un peu court, agaçant et inutile. On préférera écouter les témoins rencontrés, plus authentiques, et qui donnent à ce docu sa (relative) valeur informative.

Sur le même sujet
Plus d'actualité